Philibert BUGNYON (v. 1530-1587)
D’une Junon…
Lyon, Jean Temporal, 1557.
ouvrir sur Gallica : sonnet III, p. 11.

D’vne Iunon la grauité modeste,
D’vne Pallas la science diuine,
D’vne Venus la legiadrie insine,
Pour l’ardent Mars trop superbe conqueste:

De Tindaris le tant louable geste,
Le teint vermeil, la cheueleure orine,
Qui la blancheur de l’Aurore voisine,
Quand pour vous luire elle mesme s’apreste:

La chasteté d’vne Veste sacrée
Et l’equité d’vne celeste Astrée
Lampege en vous, honorande Cypris.

O bien heureus qui vôtre amant sera,
O plus heureus qui vous epousera,
Et receura d’amitié le haut pris!

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

D’vne Iunon la grauité modeste,
D’vne Pallas la science diuine,
D’vne Venus la legiadrie insine,
Pour l’ardent Mars trop superbe conqueste:

De Tindaris le tant louable geste,
Le teint vermeil, la cheueleure orine,
Qui la blancheur de l’Aurore voisine,
Quand pour vous luire elle mesme s’apreste:

La chasteté d’vne Veste sacrée
Et l’equité d’vne celeste Astrée
Lampege en vous, honorande Cypris.

O bien heureus qui vôtre amant sera,
O plus heureus qui vous epousera,
Et receura d’amitié le haut pris!

 

En ligne le 25/06/11.
Dernière révision le 12/07/19.