Claude TURRIN (v. 1540-av. 1572)
Je ne voulais jamais…
Paris, Jean de Bordeaux, 1572.

 

textes de
Turrin

»»»


«««

dispo­si­tion du
pré­am­bule
(vers 9-11)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
la constance
dans l’amour

»»»

[…] 

Ie ne voulois iamais changer d’affection,
Ie vous voiois tousiours en contemplation,
I’auois tousiours en l’œil vostre perfection,

Bien que ie ne vous visse.

Il me sembloit aussi que vous ne me trompies,
Quand estant pres de vous assis dessus voz piés,
Vous receuies en gré ainsi que vous disies,

L’esclaue & le seruice.

Ie veus ce disiez vous quand les cieux periront,
Ie veus quand les amours les amours ne feront,
Et quand parmy les cieus les amours ne luiront,

Que nostre amitié cesse.

Auecque ces beaus mots certes i’eusse bien creu,
Le feu estre la glace, & la glace le feu,
Certes i’eusse bien creu, que l’œil qui m’a deceu,

N’estoit de vous, maistresse.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Ie ne voulois iamais changer d’affection,
Ie vous voiois tousiours en contemplation,
I’auois tousiours en l’œil vostre perfection,

Bien que ie ne vous visse.

Il me sembloit aussi que vous ne me trompies,
Quand estant pres de vous assis dessus voz piés,
Vous receuies en gré ainsi que vous disies,

L’esclaue & le seruice.

Ie veus ce disiez vous quand les cieux periront,
Ie veus quand les amours les amours ne feront,
Et quand parmy les cieus les amours ne luiront,

Que nostre amitié cesse.

Auecque ces beaus mots certes i’eusse bien creu,
Le feu estre la glace, & la glace le feu,
Certes i’eusse bien creu, que l’œil qui m’a deceu,

N’estoit de vous, maistresse.

[…] 

 

En ligne le 06/06/10.
Dernière révision le 01/06/20.