Charles d’ESPINAY
(1531-1591)
Dernier poème en ligne :
1560 : Ce ne fut pas…
 
Ouvrir sur Gallica :
2 sonnets sur preambule.net :

Et enivré du plaisir d’une attente,
Je publierai cet œil

qui me contente


 
L’abbé GOUJET, 1753
 

CHARLES D’ESPINAI.

Le plus ancien des Poètes que j’ai omis, après Jean Le Cha­tel­lain, est Charles d’Espi­nai, d’une Noble et ancienne Maison de Bre­tagne, connue dès l’an 1166, illustre par ses alliances, et par les grands hommes qu’elle a pro­duits.[1] […] Charles d’Espi­nai embras­sa l’État ecclé­sias­tique, et fut pour­vu des Abbayes de Saint Gildas des Bois, Dio­cèse de Nantes, et de Notre-Dame du Tron­chet, Dio­cèse de Dol en Bre­tagne.

Étant Abbé de Saint Gildas, il se trou­va au Concile de Trente, et fut char­gé de plu­sieurs négo­cia­tions concer­nant ce Concile, tant à Rome qu’à la Cour de France, depuis la fin de 1560 jus­qu’au mois de Mai 1562, comme on le voit par les Lettres de Charles IX aux Évêques de Rennes et d’An­gou­lême, et par un Mé­moire du sieur de l’Isle Ambas­sa­deur pour le Roi à Rome. Ces Pièces sont rap­por­tées dans les Ins­truc­tions et Lettres de nos Rois concer­nant le Concile de Trente, impri­mées en 1654 in 4°. Charles d’Espi­nai ayant été sacré Évêque de Dol en Bretagne le 16 septembre 1565, se reti­ra dans son Dio­cèse où il mou­rut au mois de Septembre 1591. Il fut inhu­mé dans sa Cathé­drale.

Ses Poé­sies ne répondent, ni à la gra­vi­té de ses occu­pa­tions, ni à la sain­te­té de l’état qu’il avait embras­sé. […]

L’abbé GOUJET,
Bibliothèque fran­çaise,
ou Histoire de la Litté­ra­ture fran­çaise,
tome XV, 1753, pp. 6-7
[Gallica, NUMM-50658_PDF_62_63]
(texte modernisé).


Notes

________

[1] La « vie » de d’Espi­nay suc­cède dans la Biblio­thèque de l’abbé Goujet à celle de Jean Le Cha­tel­lain, dans une « Suite de la hui­tième par­tie » qui ne suit plus l’ordre chro­no­lo­gique, parce que le bio­graphe a « pui­sé dans de nou­velles sources qui [lui] ont fait décou­vrir plu­sieurs Poètes qu’[il] avai[t] omis. »


Combien de fois à bras courbé j’embrasse
Ce corps si beau,

puis tout soudain s’enfuit



 

En ligne le 11/11/12.
Dernière révision le 22/09/20.