Pierre de RONSARD (1524-1585)
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1552, p. 29 [←Gallica].

Comme un Chevreuil, quand le printemps détruit
L’oiseux cristal de la morne gelée,
Pour mieux brouter l’herbette emmiellée
Hors de son bois avec l’Aube s’enfuit.

Et seul, et sûr, loin de chiens et de bruit,
Or sur un mont, or dans une vallée,
Or près d’une onde à l’écart recelée,
Libre folâtre où son pied le conduit.

De rets ni d’arc sa liberté n’a crainte,
Sinon alors que sa vie est atteinte,
D’un trait meurtrier empourpré de son sang :

Ainsi j’allais sans espoir de dommage,
Le jour qu’un œil sur l’avril de mon âge
Tira d’un coup mille traits dans mon flanc.

Paris, veuve Maurice de La Porte, 1553, p. 73 [←Gallica].

COmme un Chevreuil, quand le printemps détruit
L’oiseux cristal de la morne gelée,
Pour mieux brouter la feuille emmiellée,
Hors de son bois avec l’Aube s’enfuit :

Et seul, et sûr, loin de chiens et de bruit,
Or sur un mont, or dans une vallée,
Or près d’une onde à l’écart recelée,
Libre folâtre où son pied le conduit.

De rets ni d’arc sa liberté n’a crainte,
Sinon alors que sa vie est atteinte,
D’un trait meurtrier empourpré de son sang :

Ainsi j’allais sans espoir de dommage,
Le jour qu’un œil sur l’Avril de mon âge
Tira d’un coup mille traits dans mon flanc.

Comme un Chevreuil… (1560)   ↓   ↑   ⇑  →t.o.
Paris, Gabriel Buon, 1560, f° 39r° [←Gallica].

COmme un Chevreuil, quand le printemps détruit
Du froid hiver la poignante gelée,
Pour mieux brouter la feuille emmiellée,
Hors de son bois avec l’Aube s’enfuit :

Et seul, et sûr, loin de chiens et de bruit,
Or sur un mont, or dans une vallée,
Or près d’une onde à l’écart recelée,
Libre, folâtre où son pied le conduit.

De rets ni d’arc sa liberté n’a crainte,
Sinon alors que sa vie est atteinte,
D’un trait meurtrier empourpré de son sang :

Ainsi j’allais sans espoir de dommage,
Le jour qu’un œil sur l’Avril de mon âge
Tira d’un coup mille traits dans mon flanc.

Comme un Chevreuil… (1567)   ↓   ↑   ⇑  →t.o.
Paris, Gabriel Buon, 1567, f° 38r°v° [←Gallica].

COmme un Chevreuil, quand le printemps détruit
Du froid hiver la poignante gelée,
Pour mieux brouter la feuille emmiellée,
Hors de son bois avec l’Aube s’enfuit :

Et seul, et sûr, loin de chiens et de bruit,
Or sur un mont, or dans une vallée,
Or près d’une onde à l’écart recelée,
Libre, folâtre où son pied le conduit.

De rets ni d’arc sa liberté n’a crainte,
Sinon alors que sa vie est atteinte,
D’un trait meurtrier empourpré de son sang :

Ainsi j’allais sans espoir de dommage,
Le jour qu’un œil sur l’Avril de mon âge
Tira d’un coup mille traits en mon flanc.

























Paris, veuve Maurice de La Porte, 1553, p. 73 [←Gallica].

COmme un Chevreuil, quand le printemps détruit
L’oiseux cristal de la morne gelée,
Pour mieux brouter la feuille emmiellée,
Hors de son bois avec l’Aube s’enfuit :

Et seul, et sûr, loin de chiens et de bruit,
Or sur un mont, or dans une vallée,
Or près d’une onde à l’écart recelée,
Libre folâtre où son pied le conduit.

De rets ni d’arc sa liberté n’a crainte,
Sinon alors que sa vie est atteinte,
D’un trait meurtrier empourpré de son sang :

Ainsi j’allais sans espoir de dommage,
Le jour qu’un œil sur l’Avril de mon âge
Tira d’un coup mille traits dans mon flanc.

Comme un Chevreuil… (1560)   ↓   ↑   ⇑  →t.o.
Paris, Gabriel Buon, 1560, f° 39r° [←Gallica].

COmme un Chevreuil, quand le printemps détruit
Du froid hiver la poignante gelée,
Pour mieux brouter la feuille emmiellée,
Hors de son bois avec l’Aube s’enfuit :

Et seul, et sûr, loin de chiens et de bruit,
Or sur un mont, or dans une vallée,
Or près d’une onde à l’écart recelée,
Libre, folâtre où son pied le conduit.

De rets ni d’arc sa liberté n’a crainte,
Sinon alors que sa vie est atteinte,
D’un trait meurtrier empourpré de son sang :

Ainsi j’allais sans espoir de dommage,
Le jour qu’un œil sur l’Avril de mon âge
Tira d’un coup mille traits dans mon flanc.

Comme un Chevreuil… (1567)   ↓   ↑   ⇑  →t.o.
Paris, Gabriel Buon, 1567, f° 38r°v° [←Gallica].

COmme un Chevreuil, quand le printemps détruit
Du froid hiver la poignante gelée,
Pour mieux brouter la feuille emmiellée,
Hors de son bois avec l’Aube s’enfuit :

Et seul, et sûr, loin de chiens et de bruit,
Or sur un mont, or dans une vallée,
Or près d’une onde à l’écart recelée,
Libre, folâtre où son pied le conduit.

De rets ni d’arc sa liberté n’a crainte,
Sinon alors que sa vie est atteinte,
D’un trait meurtrier empourpré de son sang :

Ainsi j’allais sans espoir de dommage,
Le jour qu’un œil sur l’Avril de mon âge
Tira d’un coup mille traits en mon flanc.

























textes modernisés
[R]

 

En ligne le 21/01/21.
Dernière révision le 21/01/21.