Pierre de RONSARD (1524-1585)
Ô traits fichés… (1552)
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1552, p. 77 [←Gallica].

O traiz fichez dans le but de mon ame,
O folle emprise, ô pensers repensez,
O vainement mes ieunes ans passez,
O miel, ô fiel, dont me repaist Madame.

O chault, ô froyd, qui m’englace & m’enflamme,
O promptz desirs d’esperance caßez,
O doulce erreur, ô paz en vain trassez,
O montz, ô rocz, que ma douleur entame.

O Terre, ô mer, chäos, destins & cieulx,
O nuit, ô iour, ô Manes stygieux,
O fiere ardeur, ô paßion trop forte :

O vous Démons, & vous diuins Espritz,
Si quelque amour quelque foys vous a pris,
Voyez pour dieu quelle peine ie porte.

Ô traits fichés… (1553)
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1553, p. 204 [←Gallica].

O Trais fichés dans le but de mon ame,
O folle emprise, ô pensers repensés,
O vainement mes ieunes ans passés,
O miel, ô fiel, dont me repaist Madame.

O chaut, ô froid, qui m’englace & m’enflame,
O prompts desirs d’esperance caßés,
O douce erreur, ô pas en vain traßés,
O mons, ô rocs, que ma douleur entame,

O Terre, ô mer, chäos, destins & cieus,
O nuit, ô iour, ô Manes stygieus,
O fiere ardeur, ô paßion trop forte:

O vous Démons, & vous diuins Esprits,
Si quelque amour quelque fois vous a pris,
Voiés pour dieu quelle peine ie porte.

Ô traits fichés… (1560)
Paris, Gabriel Buon, 1560, f° 95v° [←Gallica].

O Trais fichés iusqu’au fond de mon âme,
O folle emprise, ô pensers repensés,
O vainement mes ieunes ans passés,
O miel, ô fiel, dont me repaist Madame.

O chaut, ô froid, qui m’englace & m’enflame,
O prompts desirs d’esperance cassés,
O douce erreur, ô pas en vain traßés,
O mons, ô rocs que ma douleur entâme,

O Terre, ô mer, chaos, destins & cieus,
O nuit, ô iour, ô Manes stygieus,
O fiere-ardeur, ô paßion trop forte:

O vous Démons, ô vous diuins esprits,
Si quelque amour quelque fois vous a pris,
Voiés pour dieu quelle peine ie porte.

Ô traits fichés… (1567)
Paris, Gabriel Buon, 1567, f° 85v° [←Gallica].

O Trais fichés iusqu’au fond de mon âme,
O folle emprise, ô pensers repensez,
O vainement mes ieunes ans passez,
O miel, ô fiel, dont me repaist Madame.

O chaut, ô froid, qui m’englace & m’enflame,
O prompts desirs d’esperance cassez,
O douce erreur, ô pas en vain trassez,
O mons, ô rocs que ma douleur entame,

O Terre, ô mer, chaos, destins & cieus,
O nuit, ô iour, ô Manes stygieus,
O fiere ardeur, ô paßion trop forte:

O vous Démons, ô vous diuins esprits,
Si quelque amour quelque fois vous a pris,
Voiez pour Dieu quelle peine ie porte.

Ô traits fichés… (1578)
Paris, Gabriel Buon, 1578, p. 206 [←Gallica].

O Traits fichez iuſqu’au fond de mon ame,
O folle emprise, ô penſers repenſez,
O vainement mes ieunes ans paſſez,
O miel, ô fiel, dont me repaiſt ma dame:

O chaut, ô froid, qui m’englace & m’enflame,
O prompts deſirs d’eſperance caſſez,
O douce erreur, ô pas en vain traſſez,
O monts, ô rocs, que ma douleur entame:

O terre, ô mer, chaos, deſtins & cieux,
O nuict, ô iour, ô Manes ſtygieux,
O fiere ardeur, ô paßion trop forte:

O vous Daimons, ô vous diuins eſprits,
Si quelque amour quelquefois vous a pris,
Voyez, pour Dieu, quelle peine ie porte.

























Ô traits fichés… (1553)
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1553, p. 204 [←Gallica].

O Trais fichés dans le but de mon ame,
O folle emprise, ô penſers repenſés,
O vainement mes ieunes ans passés,
O miel, ô fiel, dont me repaist Madame.

O chaut, ô froid, qui m’englace & m’enflame,
O prompts desirs d’esperance caßés,
O douce erreur, ô pas en vain traßés,
O mons, ô rocs, que ma douleur entame,

O Terre, ô mer, chäos, destins & cieus,
O nuit, ô iour, ô Manes stygieus,
O fiere ardeur, ô paßion trop forte:

O vous Démons, & vous diuins Esprits,
Si quelque amour quelque fois vous a pris,
Voiés pour dieu quelle peine ie porte.

Ô traits fichés… (1560)
Paris, Gabriel Buon, 1560, f° 95v° [←Gallica].

O Trais fichés iusqu’au fond de mon âme,
O folle emprise, ô pensers repensés,
O vainement mes ieunes ans passés,
O miel, ô fiel, dont me repaist Madame.

O chaut, ô froid, qui m’englace & m’enflame,
O prompts desirs d’esperance cassés,
O douce erreur, ô pas en vain traßés,
O mons, ô rocs que ma douleur entâme,

O Terre, ô mer, chaos, destins & cieus,
O nuit, ô iour, ô Manes stygieus,
O fiere-ardeur, ô paßion trop forte:

O vous Démons, ô vous diuins esprits,
Si quelque amour quelque fois vous a pris,
Voiés pour dieu quelle peine ie porte.

Ô traits fichés… (1567)
Paris, Gabriel Buon, 1567, f° 85v° [←Gallica].

O Trais fichés iusqu’au fond de mon âme,
O folle emprise, ô pensers repensez,
O vainement mes ieunes ans passez,
O miel, ô fiel, dont me repaist Madame.

O chaut, ô froid, qui m’englace & m’enflame,
O prompts desirs d’esperance cassez,
O douce erreur, ô pas en vain trassez,
O mons, ô rocs que ma douleur entame,

O Terre, ô mer, chaos, destins & cieus,
O nuit, ô iour, ô Manes stygieus,
O fiere ardeur, ô paßion trop forte:

O vous Démons, ô vous diuins esprits,
Si quelque amour quelque fois vous a pris,
Voiez pour Dieu quelle peine ie porte.

Ô traits fichés… (1578)
Paris, Gabriel Buon, 1578, p. 206 [←Gallica].

O Traits fichez iuſqu’au fond de mon ame,
O folle emprise, ô penſers repenſez,
O vainement mes ieunes ans paſſez,
O miel, ô fiel, dont me repaiſt ma dame:

O chaut, ô froid, qui m’englace & m’enflame,
O prompts deſirs d’eſperance caſſez,
O douce erreur, ô pas en vain traſſez,
O monts, ô rocs, que ma douleur entame:

O terre, ô mer, chaos, deſtins & cieux,
O nuict, ô iour, ô Manes ſtygieux,
O fiere ardeur, ô paßion trop forte:

O vous Daimons, ô vous diuins eſprits,
Si quelque amour quelquefois vous a pris,
Voyez, pour Dieu, quelle peine ie porte.

Ô traits fichés… (1584)
Paris, Gabriel Buon, 1584, p. 86 [←Gallica].

O Traits fichez iuſqu’au fond de mon ame,

O folle emprise, ô penſers repenſez,
O vainement mes ieunes ans paſſez,
O miel, ô fiel, dont me repaiſt ma Dame:

O chaud, ô froid, qui m’englace & m’enflame,
O prompts deſirs d’eſperance caſſez,
O douce erreur, ô pas en vain traſſez,
O monts, ô rocs, que ma douleur entame!

O terre, ô mer, chaos, deſtins & cieux,
O nuict, ô iour, ô Manes ſtygieux,
O fiere ardeur, ô paßion trop forte:

O vous Daimons, ô vous diuins eſprits,
Si quelque amour quelquefois vous a pris,
Voyez, pour Dieu, quelle peine ie porte!

























textes originaux
[R]

 

En ligne le 04/03/16.
Dernière révision le 06/10/19.