Pierre de CORNU (1558-1622)
Les cheveux ondelés…
Lyon, Jean Huguetan, 1583.

Les cheueux ondelez de ta tresse crespee,
L’yuoire blanchissant de ton front spatieux,
Les cercles ebenins qui voisinent tes yeux,
Et le beau vermeillon de ta iouë pourpree:

Le corail respirant de ta bouche sucree,
L’albastre contourné de ton col doucereux,
Les coustaus esleuez de tes tetins neigeux,
Qui rendent proprement ta poitrine voutee,

Ont apasté mon cœur d’vne telle façon,
Que plustost ie perdrai ma rime & ma chanson,
Et le soufle sacré de ma fureur diuine,

Que ie mette en oubli ton front, & tes cheueux,
Ta iouë, ton menton, tes sourcils, & tes yeux,
Ta bouche, tes tetins, ton col, & ta poitrine.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Les cheueux ondelez de ta treſſe creſpee,
L’yuoire blanchiſſant de ton front ſpatieux,
Les cercles ebenins qui voiſinent tes yeux,
Et le beau vermeillon de ta iouë pourpree:

Le corail reſpirant de ta bouche ſucree,
L’albastre contourné de ton col doucereux,
Les coustaus eſleuez de tes tetins neigeux,
Qui rendent proprement ta poitrine voutee,

Ont apasté mon cœur d’vne telle façon,
Que plustoſt ie perdrai ma rime & ma chanſon,
Et le ſoufle ſacré de ma fureur diuine,

Que ie mette en oubli ton front, & tes cheueux,
Ta iouë, ton menton, tes ſourcils, & tes yeux,
Ta bouche, tes tetins, ton col, & ta poitrine.

 

En ligne le 09/09/23.
Dernière révision le 24/02/24.