Joachim BERNIER de LA BROUSSE
(v. 1580-1623)
Dernier poème en ligne :
1618 : Ô beau rets d’or……
 
Ouvrir sur Gallica :
4 sonnets sur preambule.net :
 

Tout ce qu’Atabalipe eut de rare, et de beau,

La Floride, et Cusco des Espagnes l’envie

 
 
L’abbé GOUJET, 1753
 

JOACHIM BERNIER DE LA BROUSSE.

Ces écri­vains, qui ont fait de curieuses recherches sur l’his­toire des Théâtres de France, ont par­lé du sieur Ber­nier de La Brousse, Auteur de quelques Pas­to­rales et Tra­gé­dies. […] Ber­nier était Avo­cat et Ban­quier à Poi­tiers, et neveu du sieur Des­planches […] Prieur de Comblé, et Sous-Chantre de Sainte Rade­gonde à Poi­tiers, auteur de diverses Poé­sies dont j’ai fait men­tion ail­leurs.

Ber­nier, éle­vé par son Oncle, prit dans cette édu­ca­tion du goût pour la Poé­sie ; et mal­gré les occu­pa­tions dont il se vit char­gé par la suite, il ver­si­fia presque toute sa vie. D’abord il ne fit part de ses Vers qu’à un petit nombre d’amis. Mais un Poète tra­vaille rare­ment pour ren­fer­mer dans un si petit espace la gloire à laquelle il aspire. Ber­nier qui n’en était pas moins amou­reux que ceux qui cou­raient la même car­rière, recueil­lit donc ses Poé­sies en 1618, et les dédia à Fran­çois de La Roche­fou­cault, Prince de Mar­sil­lac, et Gou­ver­neur de Poi­tiers. C’est un volume in-12 divi­sé en 5 par­ties.

La pre­mière par­tie con­tient les Amours d’Hé­lène ; de Chlo­ris et de Mar­phire ; et de This­bée ; la seconde, deux Livres d’Odes ; la troi­sième, deux Ber­ge­ries ; la qua­trième, deux Tra­gé­dies, l’Em­bryon Romain, et les Heu­reuses in­for­tunes ; enfin la cin­quième ren­ferme di­verses Poé­sies.

[…]

L’abbé GOUJET,
Bibliothèque française,
ou Histoire de la Littérature française,
tome XV, 1753, pp. 97-98
[Gallica, NUMM-50658, PDF_153_154]
(texte modernisé).


________


En ligne le 31/12/19.
Dernière révision le 10/10/20.