Marin LE SAULX (?-?)
Ce Dragon boursouflé…
Londres, Thomas Vautrolier, 1577.
ouvrir sur Gallica : sonnet 95, p. 87.

CE Dragon boursouflé, Empereur de la mort,
Me pourchassant a mort par vne iniuste enuie,
Dans la mer de la mort fist abysmer ma vie,
Qui submergeoit les sens de mon cœur des-ia mort,

Quand le Christ mon espoux par vne mort qui mord,
Le peché, qui la mort a me meurtrir conuie,
Mordit iusqu’à la mort la mort par mort suyuie,
Mettant à mort ma mort & mon peché plus ord.

Sa mort donc a meurtry ma noire mort mortelle,
Sa mort donne la mort & la vie immortelle
A ma chair, qui sous mort sans ceste mort gisoit.

Ainsi ma mort vaut mieux que ma vie insolente,
Qui meurtrissoit ma chair d’vne mort violente,
Qui sans Christ tout le monde a son gré maistrisoit.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

CE Dragon boursouflé, Empereur de la mort,
Me pourchassant a mort par vne iniuste enuie,
Dans la mer de la mort fist abysmer ma vie,
Qui submergeoit les sens de mon cœur des-ia mort,

Quand le Christ mon espoux par vne mort qui mord,
Le peché, qui la mort a me meurtrir conuie,
Mordit iusqu’à la mort la mort par mort suyuie,
Mettant à mort ma mort & mon peché plus ord.

Sa mort donc a meurtry ma noire mort mortelle,
Sa mort donne la mort & la vie immortelle
A ma chair, qui sous mort sans ceste mort gisoit.

Ainsi ma mort vaut mieux que ma vie insolente,
Qui meurtrissoit ma chair d’vne mort violente,
Qui sans Christ tout le monde a son gré maistrisoit.

 

En ligne le 09/10/05
versé dans l’anthologie des antonomases le 23/08/21.
Dernière révision le 23/08/21.