OVIDE (Publius Ovidius Naso)
(43 av. J.-C.-17)
Dernier poème en ligne :
À leur source, profonds…
Ouvrir sur Gallica :
5 extraits sur preambule.net :

Hé que ne suis-je Ovide bien disant !

Œil tu serais un bel Astre luisant,

Main un beau lis,

crin un beau rets de soie.



Liens

L’Art d’aimer et Les Tristes en ligne

* On s’est servi, pour la révi­sion du texte latin et la tra­duc­tion des extraits de L’Art d’aimer et des Tristes, de la tra­duc­tion de l’édi­tion Nisard (vers 1840), avec le texte latin en regard, pro­po­sée par le site Itinera electro­nica de l’Uni­ver­si­té Catho­lique de Louvain : Art d’aimer, Livre II, vers 510-519, Tristes, Livre I, élégie 8, Livre V, élégie 1, élégie 2 et élégie 6.

Liens valides au 11/11/20.


Sur Tristes Pontiques (P.O.L, 2008),
traduction des Tristes et des Pontiques par Marie Darieussecq

* Un entretien, paru dans Libé­ra­tion le 31 décembre 2008, avec Marie Darrieussecq, sur sa tra­duc­tion magni­fi­que­ment vivante des Tristes et des Pon­tiques (P.O.L, 2008), est en ligne sur une page de Fabula.

Liens valides au 11/11/20.


Ovide

* La traduction (Nisard) de l’œuvre inté­grale d’Ovide est dispo­nible à partir de la page Ovide du site remacle.org.

* La page Ovide de la Biblio­theca Classica Selecta de l’Univer­si­té Catho­lique de Lou­vain pro­pose les textes d’intro­duc­tion et les liens les plus inté­res­sants. Voir en par­ti­cu­lier l’extra­or­dinaire édition illus­trée des Méta­mor­phoses proposée par Hans-Jürgen Günther du Goethe-Gymnasium d’Emmen­din­gen en Alle­magne (ouvrir "Ovidius Naso" puis l’un des quinze livres au choix).

 

* Voir une page Désiré Nisard sur le site de l’Aca­démie française. On peut préférer démolir Nisard (Minuit, 2006) avec Éric Chevillard.

Liens valides au 11/11/20.




En ligne le 24/03/05.
Dernière révision le 11/11/20.