««« mè­re »»»

« mère » dans :
Ron­sard
1552
~ Tant de cou­leurs…
Fon­taine
1555
~ Mon petit fils… [strophes 2, 5, 6 & 7]
Magny
1557
~ Vos célestes beau­tés…
Sainte-Marthe
1569
~ Comme on voit quel­que­fois…
Du Pré
1577
~ Rien n’est vu per­ma­nent…
Robert Gar­nier
1579
~ Que les rocs Capha­rés…
La Jessée
1583
~ L’aveugle Archer…
~ Bienheureux l’an, et jour…
Chassi­gnet
1594
~ L’Enfant ne peut venir…
Las­phrise
1597
~ Ton poil, ton œil, ta main…
~ Si j’ai vécu…
~ Non sans cause, Beau­vais…
Grisel
1599
~ Ces sourcils ébé­nins…
Claude Garnier
1609
~ Plutôt seront les ondes…
Mar­beuf
1628
~ Je ne m’étonne plus…
~ Et la mer et l’amour…

~#~














¶ la mère de Junon (Ronsard) : la terre
 
¶ « la mère d’amour » (Magny), « la mère de l’amour » (Marbeuf), la Mère de « l’aveugle Archer » (La Jessée) : Vénus
 
¶ « Que la femme l’époux, le fils la mère tue » (Hécube dans La Troade de Rob. Garnier) : Que Cly­tem­nestre tue Aga­mem­non, et Oreste Cly­tem­nestre
 
¶ « la mère des mois » (Grisel) : la Lune
 

Mère. Douce, nour­ris­sante ou nour­ri­cière, fé­conde, bé­nigne, chère, pi­toyable, dé­bon­naire, soi­gneuse, veuve, amiable, sou­cieuse, cha­ri­table, amou­reuse, se­cou­rable.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 164v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_335]
(texte modernisé).

[Maternel /-elle. Giron, nour­ri­ture, race.]

[Matricide. Néron, Oreste.]

[Mère allai­tante. Nour­rice.]

[Mère bénigne, toute-mère. Terre.]

[Mère commune, mère de tout. Nature.]

[Mère d’Amour, mère de Cupi­don, mère d’Énée, mère des doux amours, mère des Grâces, mère des plai­sirs. Vé­nus.]

[Mère d’erreur et de déses­poir. Pau­vre­té.]

[Mère de pré­somp­tion et d’orgueil. Ava­rice.]

[Mère de tous maux. Jalou­sie.]

[Mère de tous vices. Ingra­ti­tude.]

[Mère de tout vice. Ava­rice.]

[Mère des vices. Oisi­ve­té.]

[Mère de toutes choses. Paix, semence, terre.]

[Mère de véri­té. His­toire.]

[Mère des arts. Égypte, Grèce, Pa­ris.]

[Mère des arts, et de tran­quil­li­té. Pau­vre­té.]

[Mère des bons esprits. Cour, Pa­ris.]

[Mère des chré­tiens. Église.]

[Mère des dieux. Cybèle, éter­ni­té, Rhée.]

[Richesse est appe­lée […] mère des flat­teurs]

[Mère des humains. Cé­rès.]

[Mère des mois. Lune, Phœbe.]

[Mère des petits ruis­seaux. Fon­taine.]

[Mère des phi­lo­sophes. Grèce.]

[Mère des vani­tés. Espé­rance.]

[Mère du repos, mère du som­meil. Nuit.]

[Mère nourrice. Cybèle, Inon.]

[Mère nour­rice d’erreurs. Igno­rance.]

[Mère-pucelle. Marie mère de Dieu.]


 

«««  #  »»»

Mere. Douce, nour­ris­sante ou nour­ri­ciere, fe­conde, be­nigne, chere, pi­toiable, de­bon­naire, soi­gneuse, veuue, amiable, sou­cieuse, cha­ri­table, amou­reuse, se­cou­rable.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 164v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_335]
(texte original).

[Mater­nel /-elle. Giron, nour­ri­ture, race.]

[Matri­cide. Neron, Oreste.]

[Mere alaic­tante. Nour­rice.]

[Mere benigne, toute-mere. Terre.]

[Mere commune, mere de tout. Na­ture.]

[Mere d’Amour, mere de Cupi­don, mere d’Ænee, mere des doux amours, mere des Graces, mere des plai­sirs. Ve­nus.]

[Mere d’erreur & de de­ses­poir. Pau­ure­té.]

[Mere de pres­omp­tion & d’orgueil. Aua­rice.]

[Mere de tous maux. Ialou­sie.]

[Mere de tous vices. Ingra­ti­tude.]

[Mere de tout vice. Aua­rice.]

[Mere des vices. Oisi­ue­té.]

[Mere de toutes choses. Paix, semence, terre.]

[Mere de veri­té. His­toire.]

[Mere des arts. Ægipte, Grece, Pa­ris.]

[Mere des arts, & de tran­quil­i­té. Pau­ure­té.]

[Mere des bons espris. Cour, Paris.]

[Mere des chres­tiens. Eglise.]

[Mere des dieux. Æter­ni­té, Cybele, Rhee.]

[Richesse est appel­lee […] mere des fla­teurs]

[Mere des humains. Ceres.]

[Mere des mois. Lune, Phœbe.]

[Mere des petis ruisseaus. Fontaine.]

[Mere des philo­sophes. Grece.]

[Mere des vani­tés. Espe­rance.]

[Mere du repos, mere du som­meil. Nuit.]

[Mere nourrice. Cybele, Inon.]

[Mere nour­rice d’erreurs. Igno­rance.]

[Mere-pucelle. Marie mere de Dieu.]