««« trom­pe­rie »»»

« trompe­rie » dans :
Baïf
1555
~ Comme quand le prin­temps…

~#~














 

Trompe­rie. Frau­du­lente ou frau­du­leuse, caute, ma­chi­née, en­vieuse, mé­chante, fine, sub­tile, ma­li­cieuse, dé­ce­vante ou dé­cep­tive, fal­la­cieuse, pi­pe­resse, ru­sée, blan­dis­sante, cap­tieuse, mau­vaise, vi­laine, se­crète, cau­te­leuse, fausse, mal­en­gi­née, ama­doueuse, double, cou­verte, in­gé­nieuse, ma­ligne, dé­loyale, controu­vée, li­ti­gieuse, clan­des­tine.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 268r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_542]
(texte modernisé).

[Barateuse, c.-à-d. trom­peuse ou trom­pe­resse. Cau­tèle.]

[Trompeur /-eresse /-s. Abus, allè­che­ment, Amour, amou­reux ou amant, ar­gent, as­tuce, attente, Austre, avo­cas­seau, blan­dis­se­ment et blan­dices, champ, charme, Circe, cour­ti­san ou cour­ti­seur, dé­gui­sure, dé­mon, dés, des­ti­née ou des­tin, Diable, élo­quence, em­bus­cade ou em­bûche, fard, feinte, fein­tise ou fic­tion, femme, fraude, fuite, Grecs ou Gré­geois, ha­me­çon ou haim, Ja­son, lacs, Ma­ho­met, ma­lice, ma­qui­gnon, men­songe, mer, Mer­cure, ombres, Pâ­ris, re­nard, roc, roche ou ro­cher, ruse, Sa­tan, Si­rènes, somme ou som­meil, songe, sort, Tan­tale, Ulysse, Vé­nus, vie, yeux.]

[Trompeur de la fortune. Anne de Mont­mo­ren­cy.]

[Trompeuse. Astuce, Circe, espé­rance ou espoir, fa­veur, fi­nesse, For­tune, fuite, vague.]

[Voir aussi trom­peur et dé­gui­sure, hy­po­cri­sie.]


 

«««  #  »»»