««« cour des princes »»»

« cour » ou « cours » dans :
François Habert
1549
~ Plutôt pois­sons…
Des Autels
1550
~ Je suis le Temps…
Pas­quier
1555
~ Rien ne me plaît…
Gadou
1573
~ On entend, en hiver…
Saint-Gelais
1574 [1873]
~ Il n’est point tant…
La Jessée
1583
~ Ni le refus…
Las­phrise
1597
~ Heureux qui est muet…
d’Aubi­gné
[1874]
~ Piéça ton natu­rel…

~#~














 

Cour des Princes. Royale, mère des bons esprits, van­teuse ou van­te­resse, sou­ve­raine, pom­peuse, ma­gni­fique, su­perbe, brave.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 70v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_147]
(texte modernisé).

[Esponde de Cour, mignon de Cour. Cour­ti­san ou cour­ti­seur.]


 

«««  #  »»»

Court ou Cour des Princes. Roiale, mere des bons espris, van­teuse ou van­te­resse, sou­ue­raine, pom­peuse, ma­gni­fique, su­perbe, braue.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 70v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_147]
(texte original).

[Esponde de Cour, mignon de Cour. Cour­ti­san ou cour­ti­seur.]