««« Démosthène »»»

 

~#~














 

Démosthène. Élo­quent, facond, ini­mi­table, grave, dis­cret, prince des ora­teurs, vé­hé­ment, tor­rent d’élo­quence, fa­meux.

Démo­sthène pre­mier et le plus excel­lent de tous les ora­teurs de Grèce, fut engen­dré d’un père ayant sem­blable nom, sur­nom­mé For­geur d’épées, qui lui fail­lit n’ayant encore que sept ans : Tou­te­fois lais­sa pour neuf mille écus de bien à son fils, dont ses tuteurs lui firent grand tort, même jus­ques à ne vou­loir payer le salaire de ses maîtres d’école. Il employa tout ce qu’il avait de sens et de science ou natu­relle ou acquise, en l’art de Rhé­to­rique, et sur­pas­sa en force et ver­tu d’élo­quence, en gra­vi­té et magni­fi­cence de style, et en dili­gence exquise et arti­fice tous ceux qui de son temps se mêlèrent de haran­guer et avo­cas­ser. Enfin il décé­da le 16e jour d’Octobre, dans le temple de Nep­tune en l’île de Calau­ria, après s’être volon­tai­re­ment don­né le poi­son, pour ne tom­ber ès mains d’Anti­pa­ter, auquel un nom­mé Archias le vou­lait livrer.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 78r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_162_163]
(texte modernisé).

[Démosthénienne. Éloquence, faconde.]


 

«««  #  »»»

Demosthene. Elo­quent, facond, ini­mi­table, graue, dis­cret, prince des ora­teurs, ve­he­ment, tor­rent d’elo­quence, fa­meus.

Demo­sthene pre­mier & le plus excel­lent de tous les ora­teurs de Grece, fut engen­dré d’vn pere aiant sem­blable nom, sur­nom­mé For­geur d’espees, qui lui fail­lit n’aiant encores que sept ans : Tou­tes­fois lais­sa pour neuf mille escus de bien à son fils, dont ses tuteurs lui feirent grand tort, mesmes ius­ques à ne vou­loir paier le sallaire de ses maistres d’escole. Il emploia tout ce qu’il auoit de sens & de science ou natu­relle ou acquise, en l’art de Rhe­to­rique, & sur­pas­sa en force & ver­tu d’elo­quence, en gra­ui­té & magni­fi­cence de stile, & en dili­gence exquise & arti­fice tous ceux qui de son temps se meslerent de haren­guer & aduo­cas­ser. En fin il dece­da le 16. iour d’Octobre, dans le temple de Nep­tune en l’isle de Calau­ria, apres s’estre volon­tai­re­ment don­né le poi­son, pour ne tom­ber és mains d’Anti­pa­ter, auquel vn nom­mé Archias le vou­loit liurer.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes,1571,
f° 78r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_162_163]
(texte original).

[Demosthenienne. Eloquence, faconde.]