««« Éo­le »»»

« Éo­le » dans :
Le Caron
1554
~ Où prit Jupin…
de Brach
1576
~ Vous vent, vous nau­to­nier…
Du Monin
1582
~ Neptun, Pluton, Éole…
La Jessée
1583
~ Que toutes nos forêts…
~ Ce que l’orage fier…
Grisel
1599
~ Le rocher endur­ci…

~#~














 

Éole. Tem­pé­tueux, Roi des vents, im­pé­rieux, jo­vien, ven­teux.

Les poètes feignent qu’Éole fils de Jupi­ter et d’Aceste, ou bien de Ser­geste fille d’Hyp­po­tas troyen, est le Roi des vents et des tem­pêtes.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
ff. 6v°-7r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_19_20]
(texte modernisé).

[Éolide. Si­syphe.]

[Éolien. Mi­sène.]

[Race éolide. Bel­léro­phon.]

[Voir aussi Aqui­lon, Austre, Bise, Bo­rée, Zé­phyre et Co­rinthe.]


 

«««  #  »»»

Æole. Tem­pes­tueus, Roi des vens, im­pe­rieus, io­uien, ven­teus.

Les poëtes feignent qu’Æole fils de Iupi­ter & d’Aceste, ou bien de Ser­geste fille d’Hyp­po­tas troien, est le Roy des vents & des tem­pestes.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
ff. 6v°-7r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_19_20]
(texte original).

[Æolide. Si­syphe.]

[Æolien. Mi­sene.]

[Race æolide. Bel­le­ro­phon.]

[Voir aussi Aqui­lon, Austre, Bise, Bo­ree, Ze­phyre et Co­rinthe.]



 

Liens

* On peut lire en ligne l’article AEOLUS du Dic­tion­naire des Anti­qui­tés grecques et romaines de Darem­berg et Saglio (1877), inté­gra­le­ment acces­sible en mode images et faci­le­ment consul­table sur le site conçu par des ensei­gnants d’his­toire de l’Univer­si­té de Tou­louse Le Mirail.

Liens valides au 10/02/20.