Jacques PELETIER du mans (1517-1582)
Fausse espérance…
Lyon, Jean de Tournes, 1555.

Faußɇ esperancɇ, e creintɇ veritablɇ:
Iustɇ rɇquętɇ, obtɇnir impoßiblɇ:
Hautɇ voleɇ, e lieu inacceßiblɇ:
S’ętrɇ nuisant, a autrui profitablɇ:

Iustɇ meritɇ, e rɇprochɇ equitablɇ:
Foęble pouuoęr, e dɇsir inuinciblɇ:
Languɇ exęrceɇ, e panser indiciblɇ:
Keur innoçant, suplicɇ ineuitablɇ:

Voęla qu’Amour pour sa dęrnierɇ preuuɇ
Fęt dɇssus moę. O Amans mal contans,
Nɇ creignèz plus qu’anuęrs vous il s’emeuuɇ.

D’oranauant vous auręz meilheur tans:
Impoßiblɇ ęt, pour l’efort qu’il m’à fęt,
Qu’il ne soęt las, trop ęsɇ, ou satifęt.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Faußɇ esperancɇ, e creintɇ veritablɇ:
Iustɇ rɇquętɇ, obtɇnir impoßiblɇ:
Hautɇ voleɇ, e lieu inacceßiblɇ:
S’ętrɇ nuisant, a autrui profitablɇ:

Iustɇ meritɇ, e rɇprochɇ equitablɇ:
Foęble pouuoęr, e dɇsir inuinciblɇ:
Languɇ exęrceɇ, e panser indiciblɇ:
Keur innoçant, suplicɇ ineuitablɇ:

Voęla qu’Amour pour sa dęrnierɇ preuuɇ
Fęt dɇssus moę. O Amans mal contans,
Nɇ creignèz plus qu’anuęrs vous il s’emeuuɇ.

D’oranauant vous auręz meilheur tans:
Impoßiblɇ ęt, pour l’efort qu’il m’à fęt,
Qu’il ne soęt las, trop ęsɇ, ou satifęt.

 

En ligne le 08/12/07.
Dernière révision le 18/10/20.