««« Té­rée »»»
 

Térée. Thra­cien, mé­chant, inique, bis­to­nien, mar­tial, cruel, mal­heu­reux, infâme, dé­loyal, im­pi­toyable.

Térée roi de Thrace fils de Mars et de Bis­to­nide nymphe épou­sa Pro­gné fille de Pan­dion roi d’Athènes : laquelle avait une sœur nom­mée Phi­lo­mèle, qu’ice­lui Térée for­ça mal­heu­reu­se­ment : et crai­gnant que sa mé­chan­ce­té ne fût dé­cou­verte, il lui cou­pa la langue : mais elle s’avi­sa de tirer à l’aiguille en une toile le tort qui lui avait été fait. Dont Pro­gné aver­tie, par ven­geance lui fit man­ger son fils Itys ou Ityle. Ce que Térée ayant aper­çu dé­gai­na son épée, et pour­sui­vit les deux sœurs, qui par le vou­loir des dieux en fuyant furent chan­gées : assa­voir Pro­gné en hiron­delle, et Phi­lo­mèle en ros­si­gnol, sem­bla­ble­ment Térée en huppe, et Itys en fai­san.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 258r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_522_523]
(texte modernisé).


 

«««  #  »»»

Teree. Thra­cien, mes­chant, inique, bis­to­nien, mar­tial, cruel, mal­heu­reus, infame, des­loial, im­pi­toiable.

Teree roi de Thrace fils de Mars & de Bis­to­nide nymphe espou­sa Pro­gné fille de Pan­dion roi d’Athenes: laquelle auoit vne soeur nom­mee Phi­lo­mele, qu’icelui Teree for­ça mal­heu­reu­se­ment: & crai­gnant que sa mes­chan­ce­té ne fut des­cou­uerte, il lui coup­pa la langue : mais elle s’adui­sa de tirer à l’aiguille en vne toile le tort qui lui auoit esté fait. Dont Pro­gné aduer­tie, par ven­geance lui fit man­ger son fils Itys ou Ityle. Ce que Teree aiant apper­ceu des­gai­na son espee, & pour­sui­uit les deux soeurs, qui par le vou­loir des dieux en fuiant furent chan­gees: assa­uoir Pro­gné en hiron­delle, & Phi­lo­mele en ros­si­gnol, sem­bla­ble­ment Teree en huppe, & Itys en fai­san.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 258r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_522_523]
(texte original).



 

Liens

* On peut voir, de Rubens, le Fes­tin de Térée, conser­vé au Pra­do, sur la Web Gallery of Art.

* On peut lire La tra­gé­die de Térée, Proc­né et Phi­lo­mèle, partie 1 (vers 412 à 570), et partie 2 (vers 571-721) du livre VI des Méta­mor­phoses d’Ovide, texte latin et tra­duc­tion, sur deux pages de la Biblio­the­ca Classi­ca Selec­ta de L’Univer­si­té Catho­lique de Louvain.

Liens valides au 09/12/18.