Philippe DESPORTES (1546-1606)
Amour en même instant…
Paris, Robert Estienne, 1573.

Amour en mesme instant m’aguillonne & m’arreste,
M’assure & me fait peur, m’ard & me va glassant,
Me pourchasse & me fuit, me rend foible & puissant,
Me fait victorieux, & marche sur ma teste.

Ores bas, ores haut, iouët de la tempeste,
Il va comme il luy plaist ma nauire elançant:
Ie pense estre eschappé quand ie suis perissant,
Et quand i’ay tout perdu ie chante ma conqueste.

De ce qui plus me plaist ie reçoy desplaisir:
Voulant trouuer mon cueur, i’egare mon desir:
I’adore vne beauté qui m’est toute contraire.

Ie m’empestre aux filés dont ie me veux garder:
Et voyant en mon mal ce qui me peut aider,
Las! ie l’approuue assez, mais ie ne le puis faire.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 
 

Amour en mesme instant m’aguillonne & m’arreste,
M’assure & me fait peur, m’ard & me va glassant,
Me pourchasse & me fuit, me rend foible & puissant,
Me fait victorieux, & marche sur ma teste.

Ores bas, ores haut, iouët de la tempeste,
Il va comme il luy plaist ma nauire elançant:
Ie pense estre eschappé quand ie suis perissant,
Et quand i’ay tout perdu ie chante ma conqueste.

De ce qui plus me plaist ie reçoy desplaisir:
Voulant trouuer mon cueur, i’egare mon desir:
I’adore vne beauté qui m’est toute contraire.

Ie m’empestre aux filés dont ie me veux garder:
Et voyant en mon mal ce qui me peut aider,
Las! ie l’approuue assez, mais ie ne le puis faire.

 

En ligne le 29/04/06.
Dernière révision le 01/11/18.