««« mal ou mala­die »»»

« mal », « maux » ou « mala­die » dans :
Scève
1544
~ Toujours n’est pas…
Saint-Gelais
1547
~ J’ai trop de peine…
~ Si j’ai du bien…
Forca­del
1548
~ Feu, Femme, Mer…
Phi­lieul
1548 [1555]
~ Paix je ne trouve… (Canz., 134)
Du Bellay
1549
~ La Nuit m’est courte…
Ron­sard
1553
~ Avec les fleurs…
1578
~ J’espère et crains…
Goho­ry
1554
~ Je suis en paix…
Le Caron
1554
~ Les dieux enfin…
Fon­taine
1555
~ Mon petit fils… [strophe 2]
Pele­tier
1555
~ De vie et mort…
La Pé­ruse
1555
~ L’onde argen­tine ne couvre…
Louise Labé
1555
~ Ô beaux yeux bruns…
Pas­quier
1555
~ Ô sot désir…
~ Puisque je vois…
Magny
1557
~ Vivons, Belle, vivons…
~ Maîtresse, je vou­drais…
~ Je cherche paix…
La Gra­vière
1558
~ Qu’est-ce qu’Amour ?…
Gré­vin
1560
~ Plus je suis tour­men­té…
~ L’Amour nous point…
~ Je suis ferme et dis­pos…
~ Allons, Belle, sous ce rosier…
~ C’est aujour­d’hui ver­tu…
Buttet
1561
~ Un lourd esprit…
1575
~ On ne voit point…
~ Jamais ne vint…
Ellain
1561
~ L’amitié libre…
Turrin
1572
~ Chênes coulez le miel…
Baïf
1573
~ Ore de mal en bien…
~ Jamais œil, bouche, poil…
Jean de La Taille
1573
~ Si jamais gentil­homme…
Des­portes
1573
~ Être chaud et gla­cé…
~ Amour en même ins­tant…
~ Quel feu par les vents ani­mé…
~ Comme quand il advient…
Jo­delle
1574
~ Que n’ai-je mes esprits…
~ Comme un qui s’est per­du…
~ Je ne crains pas que Dieu…
Robert Gar­nier
1574
~ Le temps modère tout…
1579
~ Que les rocs Capha­rés…
Perrin
1574
~ Toujours au plain des champs…
Gou­lart
1574
~ Ô mal non mal…
~ Ô pas épars…
~ Ainsi que l’œil…
Chante­louve
1576
~ Seine qui fais…
~ Je plains mon mal…
~ Béni soit l’an…
de Brach
1576
~ Aimée, enfin…
Le Loyer
1576
~ Ta beauté, ta ver­tu…
Du Pré
1577
~ Quand je viens de la ville…
~ J’ai le bien de pen­ser…
Hes­teau
1578
~ Rien ne dure tou­jours…
~ Œil bel œil, orne­ment…
~ Je ne puis trouver paix…
~ Si je vis par la mort…
Cour­tin
1581
~ Ô doux dédain…
Du Monin
1582
~ Le printa­nier émail…
La Jessée
1583
~ J’aime le doux repos…
~ Toujours le Dieu…
~ Je n’égale mes soins…
~ Si les Nochers sau­vés…
~ Ô guerre, ô paix…
~ Ingrate Dame…
~ L’espoir m’en­flamme…
~ Vos beaux yeux ado­rés…
~ Le jeune Cerf navré…
~ Mourir d’extrême angoisse…
~ Celui compte les feux…
~ Que de grâces, d’attraits…
~ Vous dites qu’il fau­drait…
~ Quel aise en mon ennui…
~ Je te sondais ain­si…
Blan­chon
1583
~ À tant de fleurs…
~ Le Printemps gra­cieux… [strophe 7]
~ Amour est vie, et mort…
Cornu
1583
~ Le tonnerre pres­sé…
~ Tant plus je veux cou­rir…
~ Mon cœur, mon doux sou­ci…
Jamyn
1584 [1879]
~ L’été sera l’hiver…
Joseph Du Chesne
1584
~ Ô Lèthe som­meil­leux…
Pon­toux
1585
~ Tant puissante est l’ardeur…
Bi­rague
1585
~ Du vagueux Océan…
Isaac Habert
1585
~ Tu as laissé ton Dieu…
Fondi­mare
1586
~ Le Gras meurt…
Trellon
1587
~ De la bouche, des yeux…
Bris­set
1589
~ Quel nouveau change­ment !…
Du Tron­chet
1595
~ Trouver paix je ne puis… (Canz., 134)
Louven­court
1595
~ Qui peut comp­ter…
Las­phrise
1597
~ Je pense en toute chose…
~ Ah beaux tour­ments…
~ Qui veut nom­brer…
~ Si j’ai vécu…
Ber­thrand
1599
~ Toujours le Dieu de l’air…
Grisel
1599
~ Si vous comptez les flots…
Angot
1603
~ Je ne crains d’Aqui­lon…
Claude Gar­nier
1609
~ Ores les airs…
~ Tant d’Astres clairs…
~ Quelle splen­deur…
~ Que de buis­sons…
~ Ni mont, ni roc…
Bernier de La Brousse
1618
~ Ô beau rets d’or…
~ Le feu, les cou­leu­vreaux…
~ Comme on voit bien sou­vent…
Certon
1620
~ Satan, la mort, l’enfer…
Mar­beuf
1628
~ La propre­té…
~ Et la mer et l’amour…

~#~














 

Mal ou Maladie. Dou­lou­reuse, triste, sou­cieuse, dé­plo­rable, en­ra­ci­née, grande, âpre, cruelle, en­nuyeuse, grieve, forte, laide, an­gois­seuse, mi­sé­rable, vio­lente, fié­vreuse, dure, lan­guis­sante, in­cu­rable, fâ­cheuse, mor­telle, im­pa­tiente, con­ta­gieuse, fu­ri­bonde, in­to­lé­rable, dé­plai­sante, cha­gri­neuse, fa­tale, in­vé­té­rée, dan­ge­reuse, re­nais­sante, in­cu­rable [dou­blon], glis­sante, ines­pé­rée, sou­cieuse [dou­blon].

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
ff. 155v°-156r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_317_318]
(texte modernisé).

[Amorce de tous maux. Volup­té.]

[Avant-coureur de nos maux. Pré­sage.]

[Chasse-mal. Her­cule.]

[Le dernier des maux. Ser­vage, ser­vice ou ser­vi­tude.]

[Malade. Pauvre.]

[Maladif /-ive /-s. Afflic­tion, Austre, au­tomne, Ca­ni­cule, corps humain, dé­bi­li­té, dou­leur, ennui, été, fai­blesse, homme, im­puis­sance, lan­gueur, membres, pâ­leur, tris­tesse, vieil ou vieil­lard.]

[Mauvais /-aise /-s. Air, Amour, amou­reuse ou amante, bête, brouil­lard, Can­ni­bales ou Ca­ribes, Cer­bère, che­min, chien, chute, dé­mon, dé­sastre, des­ti­née ou des­tin, en­torse, er­reur, femme, fi­nesse, froid, froi­deur ou froi­dure, garce, haine, hiver, in­fec­tion, in­i­qui­té, ivrogne, loup, main­tien, nui­sance, pail­lard, pa­role, Parques, pas­sage, pau­vre­té, peste, plaie, poi­son, puan­teur ou puan­tise, race, re­nom, tem­pête, tête, tort, tour (fi­nesse), trait, trom­pe­rie, Turcs, ty­ran, vent, vice, vie, vi­sage, voix, vo­lon­té.]

[Mère de tous maux. Jalou­sie.]

[Nourrice de tous maux. Igno­rance [voir aussi ri­chesses].]

[Racine de tout mal. Gour­man­dise.]

[Semence des maux. Espérance ou espoir.]

[Voir aussi ma­lade, ma­la­de­rie et ci­ca­trice, co­lique, cre­vasse, gouttes, loupe, peste, rage, ul­cère, vé­role.]


 

«««  #  »»»

Mal ou Maladie. Doulou­reuse, triste, sou­cieuse, des­plo­rable, en­ra­ci­nee, grande, aspre, cruelle, en­nuieuse, grieue, forte, laide, an­gois­seuse, mi­se­rable, vio­lente, fie­ureuse, dure, lan­guis­sante, in­cu­rable, fa­cheuse, mor­telle, im­pa­tiente, con­ta­gieuse, fu­ri­bonde, in­tol­le­rable, des­plai­sante, cha­gri­neuse, fa­tale, in­ue­te­ree, dan­ge­reuse, re­nais­sante, in­cu­rable [dou­blon], glis­sante, in­es­pe­ree, sou­cieuse [dou­blon].

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
ff. 155v°-156r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_317_318]
(texte original).

[Amorce de tous maux. Volup­té.]

[Auant-coureur de noz maux. Pre­sage.]

[Chasse-mal. Her­cule.]

[Le dernier des maux. Ser­uage, ser­uice ou ser­ui­tude.]

[Malade. Pauure.]

[Maladif /-iue /-s. Afflic­tion, Austre, au­tomne, Ca­ni­cule, corps humain, de­bi­li­té, dou­leur, ennui, esté, foi­blesse, homme, im­puis­sance, lan­gueur, membres, pal­leur, tris­tesse, vieil ou vieil­lard.]

[Mauuais /-aise /-s. Air, Amour, amou­reuse ou amante, beste, brouil­lard, Ca­ni­bales ou Ca­ribes, Cer­bere, che­min, cheute, chien, dé­mon, de­sastre, des­ti­nee ou des­tin, en­torce, erreur, femme, fi­nesse, froid, froi­deur ou froi­dure, garse, haine, hi­uer, in­fec­tion, in­i­qui­té, iurongne, loup, main­tien, nui­sance, pail­lard, pa­rolle, Parques, pas­sage, pau­ure­té, peste, plaie, poi­son, puan­teur ou puan­tise, race, re­nom, tem­peste, teste, tort, tour (fi­nesse), traict, trom­pe­rie, Turcs, ty­ran, vent, vice, vie, vi­sage, voix, vo­lon­té.]

[Mere de tous maux. Ialou­sie.]

[Nourrice de tous maux. Igno­rance [voir aussi ri­chesses].]

[Racine de tout mal. Gour­man­dise.]

[Semence des maux. Espe­rance ou espoir.]

[Voir aussi ma­lade, ma­la­de­rie et ci­ca­trice, cho­lique, cre­uasse, gouttes, loupe, peste, rage, ve­role, vl­cere.]