Jean de LA JESSÉE (1551-?)
Ingrate Dame…
Anvers, Christofle Plantin, 1583.

Ingrate Dame, et bien ingratissime,
Osant ainsi ton serf abandonner !
Osant ainsi mes travaux guerdonner,
Ton rude joug de mal en pis m’opprime.

Las ! est-ce moi qui méprise, ou déprime,
Tes grand’s beautés, qu’il faille m’étonner
Par tant d’assauts : et même blasonner
Mes cris, ma foi, comme un horrible crime ?

Je suis traité comme un lâche Apostat !
Et ne crois point que mon deuil invitât
À s’éjouir, un pleurard Héraclite.

Plutôt hélas ! je puis bien assurer
Que mes langueurs feraient même pleurer
À longs sanglots, un riard Démocrite.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Ingrate Dame, et bien ingratissime,
Osant ainsi ton serf abandonner !
Osant ainsi mes travaux guerdonner,
Ton rude joug de mal en pis m’opprime.

Las ! est-ce moi qui méprise, ou déprime,
Tes grand’s beautés, qu’il faille m’étonner
Par tant d’assauts : et même blasonner
Mes cris, ma foi, comme un horrible crime ?

Je suis traité comme un lâche Apostat !
Et ne crois point que mon deuil invitât
À s’éjouir, un pleurard Héraclite.

Plutôt hélas ! je puis bien assurer
Que mes langueurs feraient même pleurer
À longs sanglots, un riard Démocrite.

 

En ligne le 17/07/17.
Dernière révision le 17/07/17.