««« voix »»»

« voix » dans :
Phi­lieul
1548 [1555]
~ Ayant parfois honte… (Canz., 20)
Des Autels
1550
~ Toutes les fois…
1551
~ Mon cœur, ma voix…
Tyard
1551
~ Ô, de mon jour…
1555
~ À l’œil bril­lant…
Ron­sard
1552
~ Quand au pre­mier…
~ Doux fut le trait…
~ Ce ris plus doux…
1578
~ Je veux mou­rir…
1584
~ Ô doux parler…
La Haye
1553
~ Ce petit Dieu m’a mis…
~ Petite porte…
Le Caron
1554
~ Où prit Jupin…
~ Claire en beau­té…
Pele­tier
1555
~ Ceux qui vou­dront…
Louise Labé
1555
~ Ô beaux yeux bruns…
Magny
1557
~ Comme un blanc à sagette…
Du Bellay
1569
~ Bravime esprit…
La Bode­rie
1571
~ Phébus, Pei­thon…
Goulart
1574
~ Je cours, et n’en puis plus…
Jo­delle
1575
~ Ton Neptun mon binet
Chante­louve
1576
~ Béni soit l’an…
~ D’où prit amour…
~ En noble sang…
de Brach
1576
~ Le Loir marque les bords…
Le Loyer
1576
~ Amour Tyran m’a mis…
Le Saulx
1577
~ L’Éternel qui sans jours… (Th., 65)
Boys­sières
1578
~ Le vert, l’ardeur, le vent…
1579
~ Apollon radieux…
Hes­teau
1578
~ Ta vertu, ta bonté…
Cour­tin
1581
~ Je ris, je pleure…
~ D’un chaud désir…
~ Que me servent ces cris…
La Jessée
1583
~ Le jeune Cerf navré…
Cathe­rine Des Roches
1583
~ Pithon, Diane, Minerve…
Blan­chon
1583
~ J’aime plus que mes yeux…
~ Le Printemps gra­cieux… [strophe 2]
Jamyn
1584 [1879]
~ L’été sera l’hiver…
Jacques de Romieu
1584
~ Béni le jour… (Canz., 61)
Du Monin
1585
~ Quoi ? bessons pilo­tis…
Trel­lon
1587
~ De la bouche, des yeux…
Sponde
1588
~ Tout s’enfle contre moi…
De­saurs
1589
~ Le poil, l’œil, le devis…
Poupo
1590
~ Mais plutôt les poissons…
Du Tron­chet
1595
~ Quelquefois je prends honte… (Canz., 20)
~ Heureux soit ce jour-là… (Canz., 61)
Malde­ghem
16906
~ Étant parfois hon­teux… (Canz., 20)
~ Le jour, le mois, et l’an… (Canz., 61)
Claude Gar­nier
1609
~ Que de buis­sons…
~ Soit qu’elle parle…
Bernier de La Brousse
1618
~ Le Nectar rouge…
Certon
1620
~ Prés verdis de gazons…
Mar­beuf
1628
~ Oreilles la nature…
~ Beau corail sou­pi­rant…

~#~














 

Voix. Douce, réson­nante, har­mo­nieuse, accen­tuée, con­ti­nuelle, aboyante, trom­pe­teuse, aiguë, chan­tée ou dé­chan­tée, sou­pi­rante, hau­taine, fu­rieuse, lan­guarde, mur­mu­rante, cas­sée, forte, libre, effé­mi­née, gron­dante, mélo­dieuse, en­rouée, pi­pe­resse, faus­se­teuse, cruelle, res­pi­rante, éle­vée, ac­cor­dante ou dis­cor­dante, fail­lie, re­ten­tis­sante, pro­non­cée, claire, vo­lante, cau­se­resse, haus­sée, cons­tante, su­perbe, con­tre­faite, per­due, ca­que­tante, mi­gnarde, en­tière, triste, hur­lante, vive, fière, ex­pri­mante, in­cer­taine, con­fuse, sup­pliante, joyeuse, feinte, trem­blante, nette, ga­zouil­larde, clair-sonnante, bonne ou mau­vaise, épan­due, pleine, beu­glante ou meu­glante, cy­gné­anne, grêle, fa­conde, entre-rompue, fausse, sif­flante, abais­sée, ferme, criarde, me­na­çante, chan­te­resse ou en­chan­te­resse, ma­gna­nime, ar­ti­cu­lée, tin­tin­nante, an­gé­lique, mu­si­cale, plain­tive, fuyante ou fuyarde, me­su­rée, blan­dis­sante, claire [dou­blon], di­vine, haut-bruyante, réper­cus­sive, acé­rée, écla­tante, pi­teuse ou pi­toyable, se­reine, ba­bil­larde, attrayante, miel­leuse, ar­gen­tine, ver­bale.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 282r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_570]
(texte modernisé).

[Vocal /-ale. Chant et chan­son, réso­nance.]

[Voir aussi chantre, Écho, fredon, ros­si­gnol.]


 

«««  #  »»»