««« joie »»»

« joie » ou « joies » dans :
Forca­del
1548
~ Feu, Femme, Mer…
Phi­lieul
1548 [1555]
~ Bienheureux soit… (Canz., 61)
Baïf
1552
~ Mets-moi au bord…
1555
~ Rien étreindre ne puis…
Fon­taine
1555
~ Mon petit fils… [strophe 5]
Pele­tier
1555
~ Fortune, Amour…
~ De vie et mort…
Louise Labé
1555
~ Je vis, je meurs…
Ellain
1561
~ L’amitié libre…
Jean de La Taille
1573
~ Las, cepen­dant…
Des­portes
1573
~ Être chaud et gla­cé…
Jo­delle
1574
~ Je me trouve et me perds…
Jamyn
1575
~ Somme léger…
Le Loyer
1576
~ N’espérer qu’une paix…
Chante­louve
1576
~ Avoir grand cœur…
Boys­sières
1578
~ Tout à coup je me sens…
Hes­teau
1578
~ Si je vis par la mort…
Pon­toux
1579
~ Vouloir m’épronne…
La Jessée
1583
~ Ô guerre, ô paix…
~ Mourir d’extrême angoisse…
~ Quel aise en mon ennui…
Blan­chon
1583
~ Amour est vie, et mort…
Cornu
1583
~ Mon cœur, mon doux sou­ci…
Ron­sard
1584
~ Doux fut le trait…
Jamyn
1584 [1879]
~ L’été sera l’hiver…
Expil­ly
1596
~ Tu t’en allais déjà…
Guy de Tours
1598 [1878]
~ Ô doux regards…
Anne de Mar­quets
1605
~ La terre ne pro­duit…
Claude Gar­nier
1609
~ Que de conten­te­ments !…
Certon
1620
~ Mignards, doux, gra­cieux…

~#~














 

Joye ou Joie. Fuyarde, plai­sante, dé­me­su­rée, grande, riante, allègre, dé­lec­table, sau­te­lante, rica­neuse, gaie, ré­cré­a­tive, muable, applau­dis­sante, dé­li­cieuse, in­so­lente, douce, fo­lâtre, amou­reuse, tré­mous­sante, dan­se­resse, chan­son­nière, fré­til­lante, heu­reuse, blan­dis­sante.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 139r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_284]
(texte modernisé).

[Baude ou baudie, c.-à-d. joyeuse. Dé­lec­tation.]

[Fille de joie. Putain.]

[Joyeux /-euse /-s. Abon­dance, ac­crois­se­ment, allé­geance, allé­gresse ou allè­gre­té, Amour, amou­rettes, amou­reuse ou amante, aubade, Bac­chus, ba­din, bai­ser, ban­quet, béné­fice, ber­gère, bi­be­ron, bou­quet, branche, branle, bro­card, bu­tin, cam­pagne, chant et chan­son, chœur, clar­té, con­te­nance, co­riandre, danse, dé­lices, devis ou de­vise, don­neur, ébat, em­bras­se­ment, épi, époux, été, fable, face, fem­mette et fem­me­lette, fêtes, feu, feuil­lée, fille, fleur, fo­lâ­trie ou fo­lâ­tre­rie, front, gaie­té, gain, geste, grâce, har­mo­nie, haut­bois, Hy­men ou Hy­mé­née, jar­din, jeu, jeu­nesse ou jou­vence, labeur, lar­cin, lar­gesse, lèvres, li­ber­té, lierre, liesse, loi­sir, lyre, men­songe, mine de quel­qu’un, mois­son, Muses, mu­sique, nais­sance, noces, nour­rice, nou­veau­té, nou­velles, Nymphes, odeur bonne, oiseau, oubli ou ou­bliance, paix, pa­role, passe-temps, pas­sions, pât, pâ­tis, pâ­tu­rage ou pâ­ture, peine, pet, plai­sir, pourpre, pré ou prai­rie, pré­sent, pri­me­vère, prin­temps, pros­pé­ri­té, rai­sin, ra­meau, ré­com­pense, re­mède, re­pos, re­tour, ris, sa­cri­fice, san­té, somme ou som­meil, sou­ve­nance ou sou­ve­nir, thé­âtre, triomphe, tro­phée, uti­li­té, ven­dange, Vé­nus, ver­dure, ver­ger, vie, vigne, vin, vi­sage, voix, vo­lup­té.]

[Rabat-joie. Vieil ou vieil­lard.]

[Voir aussi ré­jouis­sance.]


 

«««  #  »»»

Ioye ou Ioie. Fuiarde, plai­sante, des­me­su­ree, grande, riante, alaigre, de­lec­table, sau­te­lante, ri­ca­neuse, gaïe, re­cre­a­tiue, muable, aplau­dis­sante, de­li­tieuse, in­so­lente, douce, fo­lastre, amou­reuse, tre­mous­sante, dan­se­resse, chan­son­niere, fre­til­lante, heu­reuse, blan­dis­sante.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 139r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_284]
(texte original).

[Baude ou baudie, I. ioïeuse. De­lec­tation.]

[Fille de ioie. Putain.]

[Ioïeus [+ioieus +ioyeus] /-euse /-s. Abon­dance, ac­crois­se­ment, alai­gresse ou alai­gre­té, alle­geance, Amour, amou­rettes, amou­reuse ou amante, aubade, Bac­chus, ba­din, bai­ser, ban­quet, bene­fice, ber­gere, bi­be­ron, bou­quet, branche, bransle, bro­card, bu­tin, cam­paigne, chant & chan­son, choeur, clar­té, con­te­nance, co­riandre, danse, de­lices, deuis ou de­uise, don­neur, em­bras­se­ment, esbat, espi, espous, esté, fable, face, fem­mette & fem­me­lette, festes, feu, fille, fleur, fo­las­trie ou fo­las­tre­rie, front, fueil­lee, gain, gaye­té, geste, grace, har­mo­nie, hau­bois, Hy­men ou Hy­me­nee, iar­din, ieu, ieu­nesse ou iou­uence, la­beur, lar­cin, lar­gesse, leures, li­ber­té, lierre, liesse, loi­sir, lyre, men­songe, mine d’au­cun, mois­son, Muses, mu­sique, nais­sance, nopces, nour­rice, nou­ueau­té, nou­uelles, Nymphes, odeur bonne, oiseau, oubli ou ou­bliance, paix, pa­rolle, pas­se­temps, pas­sions, past, pas­tis, pas­tu­rage ou pas­ture, peine, pet, plai­sir, pourpre, pré ou prai­rie, pre­sent, pri­me­uere, prin­temps, pros­pe­ri­té, rai­sin, ra­meau, re­com­pense, re­mede, re­pos, re­tour, ris, sa­cri­fice, san­té, somme ou som­meil, sou­ue­nance ou sou­ue­nir, the­atre, triomphe, tro­phee, ven­dange, Ve­nus, ver­dure, ver­ger, vie, vigne, vin, vi­sage, voix, vo­lup­té, vti­li­té.]

[Rabat-ioïe. Vieil ou vieil­lard.]

[Voir aussi re­iouïs­sance.]