««« vigne »»»

« vignes » ou « vigne » dans :
Gadou
1573
~ Eure, gentil ruis­seau…
Anne de Mar­quets
1605
~ Si on prise beau­coup…

~#~














 

Vigne. Torse ou tor­tisse, fé­conde, utile, dé­pen­deuse ou dé­pen­de­resse, so­ciable, four­chue, nou­euse, cou­chée, en­torse, re­cour­bée, l’hon­neur de l’or­meau, hé­ris­sée, feuil­lue, com­plan­teuse, dé­chaus­sée, é­ten­due, co­ton­née, lai­neuse, pro­vi­gnée, ram­pante, sou­cheuse, écha­las­sée, treil­leuse, flexible, soleil­lée, tor­tueuse, sou­te­nue, plan­tée ou sup­plan­tée, ra­meuse, fer­tile, ébour­geon­née, lar­meuse, tor­tue, fu­mée, joyeuse, plante de Noé, rem­pa­rée, en­close, peu­plée, om­breuse, appuyée, fron­doyante, bi­née, alme, pour­prée, bran­chue, enla­cée ou entre­la­cée, sar­men­teuse, cul­ti­vée, tendre, fi­chée, pam­pi­neuse, atta­chée, mon­ta­gnère ou mon­ta­gnarde, liée, ré­jouis­sante, sa­crée, torte, plante de Pal­las, belle, tail­lée, bas­sette, éta­lée, bois tor­tu, saint bour­geon qui fait rire les femmes, bryon­nière ou cou­leu­vrée, c.-à-d. blanche.

Aucuns l’appellent Gros navet, les autres feu ardent.

Les dimi­nu­tifs Vignette et Vig­no­lette. Jeune, nou­velle ou re­nou­ve­lée.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 278r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_562_563]
(texte modernisé).

[Ami de la vigne. Orme.]

[Gâte-vigne. Grêle.]

[L’honneur de la vigne. Rai­sin.]

[Nourrit-vigne. Bacchus, labou­reur.]

[Plante-vigne. Janus.]

[Ronge-vigne. Bouc.]

[Voir aussi cep de vigne, cuve, grappe, pampre, pres­soir, ton­ne­lier, ven­dange, vin et saule.]


 

«««  #  »»»

Vigne. Torse ou tor­tice, fe­conde, vtile, des­pen­deuse ou des­pen­de­resse, so­ciable, four­chue, noü­euse, cou­chee, en­torse, re­cour­bee, l’hon­neur de l’or­meau, he­ris­see, fueil­lue, com­plan­teuse, des­chaus­see, esten­due, co­ton­nee, lai­neuse, pro­ui­gnee, ram­pante, sou­cheuse, escha­las­see, treil­leuse, flexible, soleil­lee, tor­tueuse, sous­te­nuë, plan­tee ou sup­plan­tee, ra­meuse, fer­tile, esbour­geon­nee, lar­meuse, tor­tue, fu­mee, ioïeuse, plante de Noé, rem­pa­ree, en­close, peu­plee, om­breuse, appuiee, fron­doiante, bi­nee, alme, pour­pree, bran­chue, enlas­see ou en­tre­las­see, sar­men­teuse, cul­ti­uee, tendre, fi­chee, pam­pi­neuse, atta­chee, mon­tai­gniere ou mon­tai­gnarde, liee, resioüis­sante, sa­cree, torte, plante de Pal­las, belle, tail­lee, bas­sette, esta­lee, bois tor­tu, saint bour­geon qui fait rire les femmes, bryon­niere ou cou­leu­uree, I. blanche.

Aucuns l’appellent Gros nauet, les autres feu ardent.

Les dim. Vignette & Vi­gno­lette. Ieune, nou­uelle ou re­nou­ue­lee.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 278r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_562_563]
(texte original).

[Ami de la vigne. Orme.]

[Gaste-vigne. Gresle.]

[L’honneur de la vigne. Rai­sin.]

[Nourrit-vigne [+nourri-uigne]. Bacchus, labou­reur.]

[Plante-vigne. Ianus.]

[Ronge-vigne. Bouc.]

[Voir aussi cep de vigne, cuue, grappe, pampre, pres­soir, ton­ne­lier, ven­dange, vin et saulle.]