««« Pal­las »»»

« Pallas » dans :
Ovide
1er siècle [1492]
~ Quot lepo­res in Atho… (Autant que de lièvres sur l’Athos…)
Ron­sard
1552
~ Quand au pre­mier…
Baïf
1552
~ Tu as les yeux…
Le Caron
1554
~ Les dieux enfin…
Bu­gnyon
1557
~ D’une Junon…
Buttet
1561
~ Tu as ce crin…
Jamyn
1575
~ Ô beaux che­veux…
Le Loyer
1576
~ Ta beauté, ta ver­tu…
Boys­sières
1578
~ Amour, Mars, Apol­lon…
Du Monin
1582
~ Neptun, Pluton, Éole…
La Jessée
1583
~ Celui compte les feux…
Blan­chon
1583
~ Si ma plume pou­vait…
Le Gay­gnard
1585
~ D’un destin ordon­né…
Las­phrise
1597
~ Ce riche enten­de­ment…

~#~














 

Pallas. Sage, guer­rière, docte, vierge, tri­to­­nienne, chaste, guide des sol­dats, Mi­nerve, athé­nienne, tue-géant, bel­li­­­queuse, puis­sante, ar­mée, cou­ra­geuse, sévère, pru­dente, fu­rieuse, savante-guer­rière, fille de Ju­pin, por­te-dard, in­gé­­nieuse, vio­lente, déesse des guer­riers, thra­cienne.

Pallas autre­ment nom­mée Minerve fille de Jupi­ter, et (selon que disent les poètes) engen­drée de son cer­veau, a été répu­tée déesse de sapience, et de toutes dis­ci­plines. Ce nom lui fut don­né ou pour avoir été nour­rie en une île de Thrace, dite Pal­las, ou parce qu’elle tua le géant Pal­las, ou pour l’autre rai­son que j’ai allé­guée par­lant de Minerve, et là je te ren­voie.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 189v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_385]
(texte modernisé).

[Palladien /-ienne /-s. Athènes, chas­te­té, Mi­nerve, olive, oli­vier, sa­gesse.]

[Plante de Pallas. Vigne.]

[Soldat de Pal­las. Poète.]


 

«««  #  »»»

Pallas. Sage, guer­riere, docte, vierge, tri­to­nienne, chaste, guide des sol­dats, mi­nerue, athe­nienne, tu’-geant, bel­li­queuse, puis­sante, ar­mee, cou­ra­geuse, se­uere, pru­dente, fu­rieuse, scauante-guer­riere, fille de Iup­pin, por­te-dard, in­ge­nieuse, vio­lente, deesse des guer­riers, thra­cienne.

Pallas autre­ment nom­mee Minerue fille de Iupi­ter, & (selon que disent les poetes) engen­dree de son cer­ueau, a esté repu­tee deesse de sapience, & de toutes dis­ci­plines. Ce nom lui fut don­né ou pour auoir esté nour­rie en vne isle de Thrace, dite Pal­las, ou parce qu’elle tua le geant Pal­las, ou pour l’autre rai­son que i’ai alle­guee par­lant de Minerue, & la ie te ren­uoie.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 189v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_385]
(texte original).

[Palladien /-ienne /-s. Athenes, chas­te­té, Mi­nerue, oliue, oli­uier, sa­gesse.]

[Plante de Pal­las. Vigne.]

[Soldat de Pal­las. Poete.]