««« vin »»»

« vin » dans :
François Habert
1541
~ Recevez donc…
Du Bellay
1558
~ De fleurs, d’épis…
Boys­sières
1578
~ Le nerf, le corps, la chair…
Ver­meil
1600
~ Je chante et pleure…
Anne de Mar­quets
1605
~ Si on prise beau­coup…

~#~














 

Vin. Joyeux, délec­table, arboi­sien, doux, sa­vou­reux, riant, bon, clai­ret ou bail­let, rude, sévé, fumeux, tou­lou­san, re­bau­dis­sant, c.-à-d. ré­jouis­sant ou ra­gail­lar­dis­sant, déli­cieux, mus­cat ou mus­ca­det, dur, âpre, che­nu, pous­sé, moi­si, re­belle ou re­vêche, eni­vrant, pur, nec­ta­rien, blanc, rouge, épais, gros, miel­lé ou miel­leux, hip­po­cra­tique, clai­ré, li­quide, vio­lent, re­po­sé, chaud, vieil ou nou­veau, ar­dent, ver­meil, beau, pé­til­lant, clair, en­ton­né, mi­nistre de la mort, friand, écu­meux, gen­til, trouble-cer­veau, fort, tu­mul­tueux, exquis, doux-cou­lant, forte li­queur, nec­ta­rine ro­sée, sub­til, beau­nois, en­dor­mant, plai­sir de la vie, cor­ro­sif, orlé­a­nais, bac­chide, oublieux ou obli­vieux, nu­tri­tif, sto­ma­cal, divine li­queur, mal­voi­sien, libre, puis­sant. Le dimi­nu­tif Vi­not.

Le Vin est la plus sou­ve­raine liqueur de toutes, étant le prin­ci­pal appui et main­tien de la vie humaine. Car il remet sus et ré­gé­nère les esprits vitaux, et ré­ta­blit toutes les forces du corps, confor­tant et vivi­fiant la prin­ci­pale par­tie d’ice­lui, qui est le cœur : mais pris gou­lû­ment et sans raison, il est gran­de­ment nui­sible.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 279r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_564]
(texte modernisé).

[Aime-vin. Perro­quet.]

[Dieu du vin, prince des vins. Bacchus.]

[Donne-vin. Été.]

[Goûte-vin. Échan­son.]

[Sac à vin. Bibe­ron, ivrogne.]

[Vineux /-euse /-s. Aigreur, Anjou, au­tomne, Au­vergne, Bac­chus, ban­quet, cave, co­teau, coupe, cuve, Cypre, fu­reur, goutte, grappe, mont ou mon­tagne, nec­tar, odeur bonne, orange, palme ou pal­mier, pipe, pres­soir, prê­tresses, rage, rai­sin, sa­veur, som­mel­le­rie, Thyades, ton­neau, tour­bil­lon, ven­dange.]

[Voir aussi cep de vigne, pampre, ton­ne­lier, vigne et Janus.]


 

«««  #  »»»

Vin. Ioïeus, de­lec­table, erboi­sien, doux, sa­uou­reus, riant, bon, cle­ret ou bail­let, rude, sce­ué, fu­meus, tho­lo­zan, res­bau­dis­sant, I. res­ioüis­sant ou ra­gail­lar­dis­sant, de­li­tieus, mus­cat ou mus­ca­det, dur, aspre, che­nu, pous­sé, moi­si, re­belle ou re­uesche, eni­urant, pur, nec­ta­rien, blanc, rouge, espais, gros, miel­lé ou miel­leus, hip­po­cra­tique, cle­ré, li­quide, vio­lent, re­po­sé, chaud, vieil ou nou­ueau, ar­dent, ver­meil, beau, pe­til­lant, clair, en­ton­né, mi­nistre de la mort, friand, escu­meus, gen­til, trouble-cer­ueau, fort, tu­mul­tueus, exquis, doux-cou­lant, forte li­queur, nec­ta­rine ro­see, sub­til, beau­nois, en­dor­mant, plai­sir de la vie, cor­ro­sif, orle­an­nois, bac­chide, ou­blieus ou obli­uieus, nu­tri­tif, sto­ma­chal, diuine li­queur, mal­uoi­sien, libre, puis­sant. Le dim. Vi­not.

Le Vin est la plus sou­ue­raine liqueur de toutes, estant le prin­ci­pal appui & main­tien de la vie humaine. Car il remet sus et re­ge­nere les esprits vitaus, & res­ta­blit toutes les forces du corps, confor­tant & viui­fiant la prin­ci­pale partie d’ice­lui, qui est le cueur : mais prins gou­lü­ment & sans raison, il est gran­de­ment nui­sible.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 279r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_564]
(texte original).

[Aime-vin. Perro­quet.]

[Dieu du vin, prince des vins. Bacchus.]

[Donne-vin. Esté.]

[Gouste-vin. Eschan­son.]

[Sac à vin [+sac-a-uin]. Bibe­ron, iurongne.]

[Vineus /-euse /-s. Aigreur, Aniou, automne, Au­uergne, Bac­chus, ban­quet, caue, coupe, cou­tau, cuue, Cypre, fu­reur, goutte, grappe, mont ou mon­taigne, nec­tar, odeur bonne, orange, palme ou pal­mier, pipe, pres­soir, pres­tresses, rage, rai­sin, sa­ueur, som­me­le­rie, Thyades, ton­neau, tour­bil­lon, ven­dange.]

[Voir aussi cep de vigne, pampre, ton­ne­lier, vigne et Ianus.]