««« vo­lup­té »»»

« volup­té » dans :
Gou­lart
1574
~ Je cours, et n’en puis plus…
~ Ô pas épars…
La Bode­rie
1582
~ Si doncques j’ai…
Isaac Habert
1585
~ Tu as laissé ton Dieu…
Mar­beuf
1628
~ La propre­té…

~#~














 

Volupté. Mi­gnarde, char­nelle, tran­si­toire, in­tem­pé­rée, plai­sante, mon­daine, bru­tale, pas­sion­née, dis­so­lue, folle, mi­sé­rable, nour­rice des plai­sirs, glis­sante, joyeuse, dam­nable, brise-ennui, oisive ou ocieuse, im­pa­tiente, dé­bor­dée, poé­tique, ôte-soin, dé­lie-souci, cha­touil­leuse, las­cive, in­dis­crète, ré­vé­leuse, fré­til­larde, in­sen­sée, fausse, com­mune, inu­tile, so­la­cieuse, vé­né­rienne, sar­da­na­pa­liste, di­vine, miel­leuse, entière, enne­mie de ver­tu, aban­don­née, dé­li­cieuse, blan­dis­sante, épi­cu­rienne, vi­cieuse, im­monde, effré­née, luxu­rieuse, douce, in­fâme, effé­mi­née, ra­geuse, mé­chante, peste des bons esprits, amie, dé­pra­vée, pro­digue, in­sa­tiable, dé­me­su­rée, aveugle, fra­gile, dom­ma­geable, fo­lâtre, dés­hon­nête, li­bi­di­neuse, pé­tu­lante, vaine, gim­bre­teuse, attrayante, serve, nour­ri­cière des vices, curieuse, dé­li­cate, par­fu­mée, mal­heu­reuse, riante, gam­ba­deuse, amorce de tous maux.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 282v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_571]
(texte modernisé).

[Père de volupté. Amour.]

[Source de volupté. Gour­man­dise.]

[Voluptueux /-euse /-s. Ado­les­cence, amour, apos­tat, appé­tit, aveu­gle­ment, bai­ser, bor­deau, chair, con, corps humain, cour­ti­san ou cour­ti­seur, Cypre, dé­duit, dé­lices, ébat, em­bras­se­ment, Épi­cure, fruits ou frui­tages, ivro­gne­rie, jeu, jeu­nesse ou jou­vence, jouis­sance, lâ­che­té, las­ci­ve­té, mi­gnar­dise ou mi­gno­tise, musc, Né­ron, odeur bonne, pail­lard, Pâ­ris, plai­sir, Sa­tyres, sé­jour, sou­las, Tyr, ty­ran, Vé­nus.]


 

«««  #  »»»

Volupté. Mi­gnarde, char­nelle, tran­si­toire, in­tem­pe­ree, plai­sante, mon­daine, bru­tale, pas­sion­nee, dis­so­luë, fole, mi­se­rable, nour­rice des plai­sirs, glis­sante, ioïeuse, dam­nable, bris’-ennui, oisiue ou otieuse, im­pa­tiente, des­bor­dee, poë­tique, oste-soing, des­li’-souci, cha­touil­leuse, las­ciue, in­dis­crette, re­ue­leuse, fre­til­larde, in­sen­see, fauce, com­mune, inu­tile, so­la­cieuse, ve­ne­rienne, sar­da­na­pa­liste, di­uine, miel­leuse, entiere, enne­mie de ver­tu, aban­don­nee, de­li­tieuse, blan­dis­sante, epi­cu­rienne, vi­tieuse, im­monde, effre­nee, luxu­rieuse, douce, in­fame, effe­mi­nee, ra­geuse, mes­chante, peste des bons esprits, amie, des­pra­uee, pro­digue, in­sa­tiable, des­me­su­ree, aueugle, fra­gile, dom­ma­geable, fo­lastre, des­hon­neste, li­bi­di­neuse, pe­tu­lante, vaine, gim­bre­teuse, attraiante, serue, nour­ri­ciere des vices, curieuse, de­li­cate, per­fu­mee, mal­heu­reuse, riante, gam­ba­deuse, amorce de tous maux.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 282v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_571]
(texte original).

[Pere de volupté. Amour.]

[Source de volupté. Gour­man­dise.]

[Voluptueus /-euse /-s. Ado­les­cence, amour, apos­tat, appe­tit, aueu­gle­ment, bai­ser, bor­deau, chair, con, corps humain, courti­san ou cour­ti­seur, Cypre, de­duit, de­lices, em­bras­se­ment, Epi­cure, esbat, fruits ou frui­tages, ieu, ieu­nesse ou iou­uence, iouis­sance, ivuron­gne­rie, las­che­té, las­ci­ue­té, mi­gnar­dise ou mi­gnot­tise, musc, Neron, odeur bonne, pail­lard, Pa­ris [Pâ­ris], plai­sir, Sa­tyres, se­iour, sou­las, Tyr, ty­ran, Venus.]