««« pa­role »»»
* le parler : la parole
 

Parole. Douce, belle, in­ju­rieuse, libre, ir­ré­vo­cable, at­trayante, brève, sen­ten­cieuse, bonne ou mau­vaise, cou­verte, fémi­nine, amou­reuse, mor­dante, gra­cieuse, flat­te­resse, va­ga­bonde, cap­tieuse, pi­quante, va­riable, sub­tile, com­mune, blan­dis­sante, hon­nête ou dés­hon­nête, van­te­resse, glo­rieuse, ex­quise, prê­chée, écla­tante, fière, dou­teuse, utile ou inu­tile, ar­ro­gante, ser­mon­née, ou­tra­geuse, prompte, doux-cou­lante, miel­leuse ou amiel­lée, haute, vé­hé­mente, grosse, joyeuse, mau­vaise [dou­blon], riche, li­bé­rale, c.-à-d. ré­cré­a­tive, dé­ce­vante, humble, vaine, tar­dive, lé­gère, con­vi­cieuse, an­non­cée, pu­blique, or­di­naire, bro­car­deuse, rap­por­tée, su­per­flue, im­por­tune, ré­vé­lée, en­nuyeuse, plai­sante, in­ter­pré­tée, ri­gou­reuse, entre-rom­pue, pro­non­cée, que­rel­leuse, pu­bliée, ba­bil­larde, per­sua­sive. Le di­mi­nu­tif Pa­ro­lette. Fo­lâtre, mi­gnarde.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 194r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_394]
(texte modernisé).

[Beau-parleur. Avocat.]

[Bien-parlant /-ante. Faconde, veneur.]

[Doux-parleur /-s. Amou­reux ou amant, Espa­gnols, Flo­ren­tins.]

[Haut-parlante. Trompe ou trom­pette.]

[Mal-parlant. Zoïle.]

[Parlant /-ante. Bouche, cordes d’ins­tru­ments, Écho, his­toire, luc ou luth, main­tien, mo­nu­ment, pein­ture, ri­vage ou rive, son, sta­tue.]

[Parlante peinture. Écrits.]

[Parleresse. Bouche, langue.]

[Pourparlé. Devis ou de­vise.]

[Voir aussi mots, propos, sen­tence et per­ro­quet.]


 

«««  #  »»»

Parolle. Douce, belle, in­iu­rieuse, libre, ir­re­uo­cable, at­traiante, briefue, sen­ten­tieuse, bonne ou mau­uaise, cou­uerte, femi­nine, amou­reuse, mor­dante, gra­tieuse, fla­te­resse, va­ga­bonde, cap­tieuse, pi­quante, va­riable, sub­tile, com­mune, blan­dis­sante, hon­neste ou des­hon­neste, van­te­resse, glo­rieuse, ex­quise, pres­chee, escla­tante, fiere, dou­teuse, vtile ou inu­tile, ar­ro­gante, ser­mon­nee, ou­tra­geuse, prompte, doux-cou­lante, miel­leuse ou amiel­lee, haute, ve­he­mente, grosse, ioïeuse, mau­uaise [dou­blon], riche, li­be­rale, I. re­cre­atiue, de­ce­uante, humble, vaine, tar­diue, le­gere, con­ui­tieuse, an­non­cee, pu­blique, or­di­naire, bro­car­deuse, rap­por­tee, su­per­flue, im­por­tune, re­ue­lee, en­nuieuse, plai­sante, in­ter­pre­tee, ri­gou­reuse, entre-rom­pue, pro­non­cee, que­rel­leuse, pu­bliee, ba­bil­larde, per­sua­siue. Le dim. Pa­ro­lette. Fo­lastre, mi­gnarde.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 194r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_394]
(texte original).

[Beau-parleur. Aduocat.]

[Bien-parlant /-ante. Faconde, veneur.]

[Doux-parleur /-s. Amou­reus ou aimant, Espa­gnols, Flo­ren­tins.]

[Haut-parlante. Trompe ou trom­pette.]

[Mal-parlant. Zoïle.]

[Parlant /-ante /-s. Bouche, cordes d’ins­tru­mens, Echo, his­toire, luc ou luth, main­tien, mo­nu­ment, peinc­ture, ri­uage ou riue, son, sta­tuë.]

[Parlante peinture. Escrits.]

[Parleresse. Bouche, langue.]

[Pourparlé. Deuis ou deuise.]

[Voir aussi mots, propos, sen­tence et per­ro­quet.]