Marc Papillon de LASPHRISE (1555-1599)
Paris, Jean Gesselin, 1597.

COmposition belle, hé ! que tu es louable,

Chacun, même la nuit, désire ton accord,
Bien que ton pertuis soit aucunefois bien ord,
Ta vertu néanmoins est plaisamment aimable.

Non, non, que dis-je ? elle est entre toute admirable,
Tu peux maugré l’orgueil de la fille de mort
Faire paraître un droit, faire paraître un tort,
Mais le droit non rompu est le plus désirable.

Ô plaisante fureur, courrière du repos,
Commode au genre humain même dessus les flots,
Mais qui objecte un peu fuir ta compagnie,

C’est la laide vapeur du feu non bluettant :
Car ordinairement quand ta flamme est finie,
Rien ne sert de boucher ton chaud trou dégouttant.

 EXPLI­CA­TION 

C’est une chan­delle de suif dans un chan­de­lier ; elle est fort agré­able la nuit : encore que le chan­de­lier ne soit pas quel­que­fois net, elle ne laisse d’être plai­sante, à cause de sa clar­té ; aus­si la peut-on dire admi­rable, vu que mal­gré l’obs­cure nuit elle fait en li­sant les livres con­naître la rai­son et l’in­jus­tice. Tou­te­fois quand la chan­delle n’est rom­pue, elle est plus belle ; quand on l’al­lume, c’est alors que la nuit s’ap­proche, si­gni­fiant qu’il se faut peu après cou­cher et re­po­ser. Elle est du tout né­ces­saire, et même sur la mer : car là on ne s’en peut pas­ser. Mais ce qui est dé­sa­gré­able en elle, c’est quand elle est toute brû­lée, la grande pu­an­teur qui en vient : car on a beau étou­per le chan­de­lier tout chaud et tout dé­gout­tant du suif, on ne laisse de sen­tir une mau­vaise odeur.
____
[texte modernisé] → texte original
[R]

 

En ligne le 20/06/20.
Dernière révision le 20/06/20.