««« ap­pât »»»

« appâts », « appât » ou « appas » dans :
Du Bellay
1550
~ Ces cheveux d’or, ce front…
Ron­sard
1552
~ Ô doux par­ler…
~ Ce ne sont qu’haims…
Le Caron
1554
~ Ni les hon­neurs…
Gadou
1573
~ Comme l’Aigle Royal…
Du Bartas
1578
~ L’oise­leur, le pêcheur…
Hes­teau
1578
~ Ô vive et sainte flamme…
Le Loyer
1579
~ Du lustre, des appâts…
Cour­tin
1581
~ Il était jour…
Du Monin
1585
~ Palis de net por­phyre…
Bi­rague
1585
~ Ton poil doré…
Angot
1603
~ Qui pourrait voir au ciel…
~ Ni l’Hiver refroi­di…
Ner­vèze
1605
~ Beaux cheveux mes liens…
d’Aubi­gné
1616
~ La flûte qui joua…
Certon
1620
~ Pour ravir la toi­son…
~ Sans fin les vents émus…

~#~