««« crin »»»

« crin », « crins » ou « cri­nière » dans :
Ron­sard
1552
~ Par un des­tin…
~ Quand au pre­mier…
Baïf
1552
~ Tu as les yeux…
La Haye
1553
~ Rets tout orin…
Buttet
1561
~ Et ces beaux yeux…
~ Tu as ce crin…
Cornu
1583
~ Je suis un trou…
Bi­rague
1585
~ Du vagueux Océan…
Las­phrise
1597
~ Ton poil, ton œil, ta main…
Certon
1620
~ L’étoile de Cypris…

~#~














 

Crin ou Crinière. Dé­lié, re­bours, échar­pil­lé, rude, hos­su c.-à-d. épais et ser­ré, cou­leu­vreux, épars, long, vol­ti­geant. vois che­veux.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f°72 r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_150]
(texte modernisé).

[Crineux /-euse. Aurore, Bé­ré­nice, chef, che­val, che­veux, che­ve­lure, dra­gon, poil, Vé­nus.]

[Voir aussi barbe, per­ruque, tresse.]


 

«««  #  »»»

Crin ou Criniere. Delié, re­bours, eschar­pil­lé, rude, hos­su I. espais & ser­ré, coul­leu­ureus, espars, long, vol­ti­geant. voi che­vevs.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f°72 r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_150]
(texte original).

[Crineus /-euse. Aurore, Be­re­nice, chef, che­ual, che­ue­leure, che­ueus, dra­gon, poil, Ve­nus.]

[Voir aussi barbe, per­ruque, tresse.]