««« Pro­tée »»»

« le vieillard marin » ou « Pro­tée » dans :
Turrin
1572
~ Comme jadis…
Chante­louve
1576
~ Plutôt Jupin…
Blan­chon
1583
~ Amour est vie, et mort…

~#~














◊ « le vieillard marin » qui « aida le Grec » Méné­las (Turrin)
¶ « la Nymphe protide » : Idothée, fille de Protée (Turrin)
 

Protée. Variable, mons­tru­eux, enchan­teur, vieil, égyp­tien, dieu marin, azu­ré, dou­teux, admi­rable, océ­a­nide, pré­sa­gieux.

Protée fils de l’Océan et de Téthys, fut, ainsi que fei­gnent les poètes, un dieu marin et grand pro­phète de Nep­tune, lequel se dégui­sait en telle forme et figure qu’il vou­lait, pour plus aisé­ment déce­voir ceux qui s’adres­saient à lui, dési­reux de savoir les choses futures. Mais pour en avoir la rai­son il le fal­lait sur­prendre à toute force et le gar­rot­ter pieds et mains, lors il repre­nait sa forme natu­relle, et annon­çait le futur à ceux qui le deman­daient.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
ff. 220v°-221r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_447_448]
(texte modernisé).

[Protéanne. Dégui­sure.]

[Protée. Peuple.]


 

«««  #  »»»

Protee. Variable, mons­tru­eus, enchan­teur, vieil, ægip­tien, dieu marin, azu­ré, dou­teus, admi­rable, oce­a­nide, pre­sa­gieus.

Protee fils de l’Ocean & de The­tys, fut, ainsi que fei­gnent les poetes, vn dieu marin & grand pro­phete de Nep­tune, lequel se des­gui­soit en telle forme & figure qu’il vou­loit, pour plus aise­ment dece­uoir ceux qui s’addres­soient à lui, desi­reus de sçauoir les choses futures. Mais pour en auoir la rai­son il le fal­loit sur­prendre à toute force & le gar­ro­ter pieds & mains, lors il repre­noit sa forme natu­relle, & annon­çoit le futur à ceux qui le deman­doient.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
ff. 220v°-221r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_447_448]
(texte original).

[Proteanne. Des­gui­seure.]

[Prothee. Peuple.]



 

Liens

* On peut lire en ligne sur OpenEdition.org les articles publiés dans Pro­tée en trompe-l’œil par les Presses univer­si­taires de Rennes en 2010, parmi les­quels « Pro­tée en sa grotte ou le parti pris du phoque », par Jean Trinquier, et « Pro­tée ou l’ico­no­gra­phie impos­sible », par Noëlle Icard.

Liens valides au 22/10/19.