««« cu­re »»»

« cure » ou « cures » dans :
Pele­tier
1547
~ Paix je ne trouve…
Des Autels
1551
~ Mon cœur, ma voix…
La Bode­rie
1582
~ Mais qui dira…

~#~














 

Cure. Mordante, épi­neuse, meur­trière, poin­çon­nante, sol­li­ci­teuse, avare, sou­cieuse, mi­sé­rable, labo­rieuse, im­por­tune, soi­gneuse, lan­guis­sante ou lan­guide, ron­gearde.

Ce mot a diverses signi­fi­ca­tions : Ici est pris pour soin et sou­ci, les­quels ont par­ti­cu­liè­re­ment leurs épi­thètes.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 73v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_153]
(texte modernisé).

[Curable. Méde­cine ou breu­vage, remède.]

[Incu­rable. Dou­leur, mal ou ma­la­die, plaie, poi­son, rage, ulcère, venin, vé­role.]


 

«««  #  »»»

Cure. Mordante, espi­neuse, meur­triere, poin­çon­nante, sol­li­ci­teuse, auare, sou­cieuse, mi­se­rable, labo­rieuse, im­por­tune, soi­gneuse, lan­guis­sante ou lan­guide, ron­gearde.

Ce mot a diuerses signi­fi­ca­tions: Ici est prins pour soing & sou­ci, les­quels ont par­ti­cu­lie­re­ment leurs epi­thetes.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 73v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_153]
(texte original).

[Curable. Mede­cine ou bru­uage, remede.]

[Incu­rable. Dou­leur, mal ou ma­la­die, plaie, poi­son, rage, venin, ve­role, vlcere.]