««« ébè­ne »»»

« é­bè­ne » dans :
Ron­sard
1552
~ Ce beau corail…
~ Le feu ju­meau…
Magny
1557
~ Ces beaux che­veux dorés…
Le Loyer
1579
~ Sous un voile mor­tel…
Claude Gar­nier
1609
~ Ces feux ju­meaux…
Lope de Vega (Lancelot, traduc­teur)
1622
~ Tous les ruis­seaux ouverts…

~#~














 

Ébène. Noir, poli, dur, éthio­pien, lisse, pe­sant, ferme, indien, odo­rant, mas­sif.

Ébène est un bois odo­rant qu’on apporte des Indes, et d’Éthio­pie, ayant par dehors cou­leur de buis, mais fort noir par le dedans, lequel étant cou­pé devient aussi dur qu’une pierre, et pour sec qu’il soit va tou­jours au fond de l’eau.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 123r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_252]
(texte modernisé).

[Ébénins. Sourcils.]






















«««  #  »»»

Hebene ou Ebene. Noir, poli, dur, æthio­pien, lisse, pe­sant, ferme, indien, odo­rant, mas­sif.

Hebene est vn bois odo­rant qu’on apporte des Indes, & d’Æthio­pie, aiant par dehors cou­leur de buys, mais fort noir par le dedans, lequel estant coup­pé deuient aussi dur qu’vne pierre, & pour sec qu’il soit va tous­iours au fond de l’eau.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 123r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_252]
(texte original).

[Ebenins. Sourcils.]