««« In­de »»»

« Inde », « Indes », « Indois » ou « Indiens » dans :
Du Bellay
1549
~ Qui a nom­bré…
1550
~ Déjà la nuit…
1569
~ Comme de fleurs…
Bu­gnyon
1557
~ Ni le doux chant…
Buttet
1561
~ Et ces beaux yeux…
La Jessée
1583
~ Que de grâces, d’attraits…
Louven­court
1595
~ Qui peut comp­ter…
Mont­chres­tien
1601
~ Par toi vont com­men­cer…
Nostre­dame
1606
~ Pensons un peu…
Bernier de La Brousse
1618
~ Le Nectar rouge…

~#~














 

Inde ou Indie. Riche, odo­rante, fer­tile, noire, bar­bare, spa­cieuse, em­per­lée, loin­taine, pré­cieuse, admi­rable, recu­lée, orien­tale.

Indie région orien­tale sert de limites à l’Asie, et est de si grande éten­due, qu’on la tient pour la troi­sième par­tie de toute la terre. Cette grande région s’étend vers soleil levant à la mer orien­tale, nom­mée à pré­sent du Cathai, au cou­chant le fleuve Inde, duquel elle prend son nom, lui sert de borne, et au midi est la mer et golfe indique vers le royaume de Cam­baie, et le mont Tau­rus qui lui sert de lisière vers le sep­ten­trion. Ce pays est fort fer­tile, don­nant en l’année double mois­son, et y croît de la can­nelle, du poivre, et autres drogues aro­ma­tiques, tout ain­si qu’en l’Ara­bie heu­reuse et Éthio­pie. Il abonde aus­si en pier­re­ries, et perles de grand et ines­ti­mable prix.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 136r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_278_279]
(texte modernisé).

[Indien /-ienne /-s. Aurore, Bac­chus, bar­bares, cin­na­mome ou cin­name, conque, cri­stal, dia­mant, dra­gon, ébène, élé­phant, Gange, gemme, ivoire, mer, musc, odeur bonne, palme ou pal­mier, perle, per­ro­quet, poix, ru­bis, sucre, tigre.]

[Indique. Cin­na­mome ou cin­name, élé­phant, gemme, mer, odeur bonne, Orient, perle, rubis.]

[Dieu des Indes, domp­teur des Indes, triom­pheur indien, vain­queur indien. Bac­chus.]

[Voir aussi Alexandre.]


 

«««  #  »»»

Inde ou Indie. Riche, odo­rante, fer­tile, noire, bar­bare, spa­tieuse, em­per­lee, loing­taine, pre­tieuse, admi­rable, recu­lee, orien­tale.

Indie region orien­tale sert de limites à l’Asie, & est de si grande esten­due, qu’on la tient pour la troi­siesme par­tie de toute la terre. Ceste grande region s’estend vers soleil leuant àla mer orien­tale, nom­mee à pre­sent du Cathaï, au cou­chant le fleuue Inde, duquel elle prend son nom, lui sert de borne, & au midi est la mer & goulphe indique vers le roiaume de Cam­baie, & le mont Tau­rus qui lui sert de li­ziere vers le sep­ten­trion. Ce païs est fort fer­tile, don­nant en l’annee double mois­son, & i croist de la can­nelle, du poiure, & autres drogues aro­ma­tiques, tout ain­si qu’en l’Ara­bie heu­reuse & Æthio­pie. Il abonde aus­si en pier­re­ries, & perles de grand & ines­ti­mable prix.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 136r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_278_279]
(texte original).

[Indien /-ienne /-s. Aurore, Bac­chus, bar­bares, cin­na­mome ou ci­name, conque, cris­tal, dia­mant, dra­gon, ebene, ele­phant, Gange, gemme, iuoire, mer, musc, odeur bonne, palme ou pal­mier, perle, per­ro­quet, poix, ru­bis, succre, tigre.]

[Indique. Cin­na­mome ou ci­name, ele­phant, gemme, mer, odeur bonne, Orient, perle, rubis.]

[Dieu des Indes, dom­teur des Indes, triom­pheur indien, vain­queur indien. Bac­chus.]

[Voir aussi Alexandre.]