Jean Antoine de BAÏF (1532-1589)
Rien étreindre ne puis…
Paris, André Wechel, 1555.
ouvrir sur Gallica : Second Livre, f° 37r°.

Rien etreindre ne puis, toute chose i’embrasse:
I’aime bien d’estre serf, & cherche liberté,
Ie ne bouge de terre, outre le ciel ie passe,
Ie me promé douceur, où n’y a que fierté.

A tel me suis donné, qui pour sien ne m’auouë,
Dou uiure ie m’atten, cela me fait mourir,
Ie blame le plus fort, ce que plus fort ie louë,
Ie demande remede, & ie ne ueu guerir.

Ie me hai, i’aime autruy: ie crein, & ie m’asseure:
Ie suis feu, ie suis glace: en fuiant, ie poursuy.
Où ie me fai uaincueur, la uaincu ie demeure.

Ce m’est sucre le dueil: la ioie ce m’est suye:
Ie meur si i’ai de l’aise, & ie ui de l’ennuy:
I’ai pris en mesme horreur & la mort & la uie.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Rien etreindre ne puis, toute chose i’embrasse:
I’aime bien d’estre serf, & cherche liberté,
Ie ne bouge de terre, outre le ciel ie passe,
Ie me promé douceur, où n’y a que fierté.

A tel me suis donné, qui pour sien ne m’auouë,
Dou uiure ie m’atten, cela me fait mourir,
Ie blame le plus fort, ce que plus fort ie louë,
Ie demande remede, & ie ne ueu guerir.

Ie me hai, i’aime autruy: ie crein, & ie m’asseure:
Ie suis feu, ie suis glace: en fuiant, ie poursuy.
Où ie me fai uaincueur, la uaincu ie demeure.

Ce m’est sucre le dueil: la ioie ce m’est suye:
Ie meur si i’ai de l’aise, & ie ui de l’ennuy:
I’ai pris en mesme horreur & la mort & la uie.

 

En ligne le 09/12/04.
Dernière révision le 20/10/20.