Philippe DESPORTES (1546-1606)
Quel feu par les vents animé…
Paris, Robert Estienne, 1573.

Quel feu par les vents animé,

Quel mont nuit et jour consumé
Passe mon amoureuse flamme ?
Et quel Océan fluctueux
Écume en flots impétueux
Si fort que la mer de mon âme ?

L’hiver n’a point tant de glaçons,
L’été tant de jaunes moissons,
L’Afrique de chaudes arènes,
Le ciel de feux étincelants,
Et la nuit de songes volants,

Que pour vous j’endure de peines.

[…] 
 

On peut cliquer sur les mots en relief pour voir les innombrables un à un
 
 

Quel feu par les vents animé,

Quel mont nuit et jour consumé
Passe mon amoureuse flamme ?
Et quel Océan fluctueux
Écume en flots impétueux
Si fort que la mer de mon âme ?

L’hiver n’a point tant de glaçons,
L’été tant de jaunes moissons,
L’Afrique de chaudes arènes,
Le ciel de feux étincelants,
Et la nuit de songes volants,

Que pour vous j’endure de peines.

[…] 
 

 

En ligne le 04/08/21.
Dernière révision le 14/08/21.