Jacques PELETIER du mans (1517-1582)
Si tu n’es Vent…
Lyon, Jean de Tournes, 1555.

Si tu n’ęs Vant, Amour, donquɇs qu’ęs tu?
An haut, an bas a ton gre tu mɇ poussɇs:
Dɇça, dɇla m’ebranlɇt tes sɇcoussɇs:
Iɇ suis ton arbrɇ, e jɇ suis ton fetu.

Or nu jɇ suis, or dɇ feulhɇs vetu:
Or tu m’ęs coę, orɇs tu tɇ courroussɇs:
Or rudɇs sont, or tes aleinɇs doussɇs:
Tu as d’eteindrɇ e d’alumer vęrtu.

Tu ęs Zefirɇ, e mes ris sont tes fleurs:
Tu ęs vn Austrɇ, e tes eaus sont mes pleurs:
Tu ęs Boreɇ, e mon keur ęt ta glacɇ:

Tu ęs Ceciɇ, e ta Nuɇ jɇ suis.
Tu nɇ fęz rien, brief, quɇ lɇ Vant nɇ facɇ,
Fors quɇ tu peúz antrer sans t’ouurir l’huis.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Si tu n’ęs Vant, Amour, donquɇs qu’ęs tu?
An haut, an bas a ton gre tu mɇ poussɇs:
Dɇça, dɇla m’ebranlɇt tes sɇcoussɇs:
Iɇ suis ton arbrɇ, e jɇ suis ton fetu.

Or nu jɇ suis, or dɇ feulhɇs vetu:
Or tu m’ęs coę, orɇs tu tɇ courroussɇs:
Or rudɇs sont, or tes aleinɇs doussɇs:
Tu as d’eteindrɇ e d’alumer vęrtu.

Tu ęs Zefirɇ, e mes ris sont tes fleurs:
Tu ęs vn Austrɇ, e tes eaus sont mes pleurs:
Tu ęs Boreɇ, e mon keur ęt ta glacɇ:

Tu ęs Ceciɇ, e ta Nuɇ jɇ suis.
Tu nɇ fęz rien, brief, quɇ lɇ Vant nɇ facɇ,
Fors quɇ tu peúz antrer sans t’ouurir l’huis.

 

En ligne le 19/12/09.
Dernière révision le 28/05/19.