««« tur­bot »»»

 

~#~














 

Tur­bot. Large, plat, ma­rin, dé­li­cat ou dé­li­cieux, noi­râtre, ferme, cau­te­leux.

Le Turbot est un pois­son de mer, lequel a été entre les déli­cates viandes des anciens. La finesse qu’il a lui sert beau­coup pour se saou­ler : car il se couvre tout d’arène, et remue ses bar­bil­lons, aux­quels accourent les menus pois­sons comme à des vers, lors s’appro­chant sont pris.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 269r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_544]
(texte modernisé).

[Voir aussi able ou ablette, alose, anguille, brème, bro­chet, carpe, cha­bot éper­lan, gar­don, ha­reng, la­mie, lam­proie, lotte, maque­reau, morue, munier, perche, plie, raie, rouget, rous­sette, sau­mon, seiche, truite, vai­ron, van­doise…]


 

«««  #  »»»

Tur­bot. Large, plat, ma­rin, de­li­cat ou de­li­tieus, noi­rastre, ferme, cau­te­leus.

Le Turbot est vn pois­son de mer, lequel a esté entre les deli­cates viandes des anciens. La finesse qu’il a lui sert beau­coup pour se saou­ler : car il se couure tout d’arene, & remue ses bar­bil­lons, aus­quels accourent les menus pois­sons comme à des vers, lors s’appro­chans sont prins.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 269r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_544]
(texte original).

[Voir aussi able ou ablette, alose, anguille, brame, bro­chet, carpe, cha­bot, esper­lan, gar­don, ha­ren, la­mie, lam­proie, lote, maque­reau, morue, munier, perche, plie, raie, rouget, rous­sette, saul­mon, seiche, truite, van­doise, ve­ron…]



 

Liens

* On peut regar­der en ligne sur Gallica un « por­trait » du Tur­bot et lire « Des pois­sons plats, et pre­miè­re­ment du Tur­bot piquant », source du com­men­taire de La Porte, cha­pitre I du on­zième livre, pp. 245-247 de la pre­mière par­tie de L’His­toire entière des Pois­sons, avec leurs por­traits au naïf, de Guil­laume Ronde­let, publiée à Lyon en 1558.

Liens valides au 18/05/20.