««« la­mie »»»

 

~#~














 

Lamie. Grande, cé­ta­cée, ra­vis­sante, affa­mée, gour­mande, en­glou­tis­seuse, ma­rine, dé­vo­rante.

Ce pois­son de mer est aucu­nes­fois d’une telle gran­deur, qu’étant sur une char­rette il ne se peut traî­ner par deux che­vaux : Il mange les autres, et est si gou­lu qu’il dévore les hommes entiers. À Nice et à Mar­seille on a autre­fois pris des Lamies, dans l’es­to­mac des­quelles on a trou­vé un homme tout armé.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 144r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_294]
(texte modernisé).

[Voir aussi able ou ablette, alose, anguille, brème, bro­chet, carpe, cha­bot éper­lan, gar­don, ha­reng, lam­proie, lotte, maque­reau, morue, munier, perche, plie, raie, rouget, rous­sette, sau­mon, seiche, truite, tur­bot, vai­ron, van­doise…]


 

«««  #  »»»

Lamie. Grande, ce­ta­cee, ra­uis­sante, affa­mee, gour­mande, en­glou­tis­seuse, ma­rine, de­uo­rante.

Ce pois­son de mer est aucu­nes­fois d’vne telle gran­deur, qu’estant sur vne char­rette il ne se peut trai­ner par deux che­uaus : Il mange les autres, & est si gou­lu qu’il deuore les hommes entiers. A Nice & à Mar­seille on a autres­fois prins des Lamies, dans l’es­to­mach des­quelles on a trou­ué vn homme tout armé.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 144r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_294]
(texte original).

[Voir aussi able ou ablette, alose, anguille, brame, bro­chet, carpe, cha­bot, esper­lan, gar­don, ha­ren, lam­proie, lote, maque­reau, morue, munier, perche, plie, raie, rouget, rous­sette, saul­mon, seiche, truite, tur­bot, van­doise, ve­ron…]



 

Liens

* On peut regar­der en ligne sur Gallica un « por­trait » de la lamie et lire « De la Lamie », source du com­men­taire de La Porte, cha­pitre XI du trei­zième livre, pp. 305-307 de la pre­mière par­tie de L’His­toire entière des Pois­sons, avec leurs por­traits au naïf, de Guil­laume Ronde­let, publiée à Lyon en 1558.

Liens valides au 18/05/20.