Gabrielle de COIGNARD (v. 1550-1586)
Ni des verts prés…
Tournon, pour Jacques Favre en Avignon, 1595.
ouvrir sur Gallica : Sonnets spirituels, XL, p. 28.

NI des vers prez les fleurettes riantes,
Ny d’vn ruisseau le doux flot argentin,
Ny le long cours d’vn fleuue serpentin,
Ny les rameaux des forets verdoyantes:

Ny de Ceres les pleines blondoyantes,
Ny ce beau Ciel, d’où vient nostre destin,
Ny la fraischeur du soir, & du matin,
Ny du printemps les beautez differentes:

Las! ne m’ont point le regret allenty
De mes pechez: ie l’ay plus ressenty,
Considerant cest ouurage admirable

De ce grand Dieu, qui par ses beaux obiects,
Fait que mon cœur recognoist ses forfaicts:
Forfaicts, l’horreur de mon ame coulpable.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

NI des vers prez les fleurettes riantes,
Ny d’vn ruisseau le doux flot argentin,
Ny le long cours d’vn fleuue serpentin,
Ny les rameaux des forets verdoyantes:

Ny de Ceres les pleines blondoyantes,
Ny ce beau Ciel, d’où vient nostre destin,
Ny la fraischeur du soir, & du matin,
Ny du printemps les beautez differentes:

Las! ne m’ont point le regret allenty
De mes pechez: ie l’ay plus ressenty,
Considerant cest ouurage admirable

De ce grand Dieu, qui par ses beaux obiects,
Fait que mon cœur recognoist ses forfaicts:
Forfaicts, l’horreur de mon ame coulpable.

 

En ligne le 11/05/22.
Dernière révision le 11/05/22.