Vasquin PHILIEUL (1522-?)
Paix je ne trouve…
Avignon, B. Bonhomme, 1555 (Paris, 1548).

Paix ie ne trouue, & n’ay dont faire guerre,
I’espere & crains, & bruslant suis en glace,
Rien ie n’estrains, & tout le monde embrasse,
Ie uole au ciel, & suis croupant en terre.

En prison m’ha tel, qui n’ouure ne serre,
Ne me retient pour sien, ne me delasse,
D’amour ie uis, & point ne me faict grace,
Et ne me tue, encores moins desserre.

Sans yeux ie uois, & sans langue ie crie,
Ie quiers secours, & de mourir ie prie,
Vn autre i’aime, & à moy ie ueux mal.

Ie ris en pleurs, & dueil repaist mon ame,
Et uie & mort me faschent par esgal:
Voila l’estat, ou suis pour uous, ma dame.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Paix ie ne trouue, & n’ay dont faire guerre,
I’espere & crains, & bruslant suis en glace,
Rien ie n’estrains, & tout le monde embrasse,
Ie uole au ciel, & suis croupant en terre.

En prison m’ha tel, qui n’ouure ne serre,
Ne me retient pour sien, ne me delasse,
Damour ie uis, & point ne me faict grace,
Et ne me tue, encores moins desserre.

Sans yeux ie uois, & sans langue ie crie,
Ie quiers secours, & de mourir ie prie,
Vn autre i’aime, & à moy ie ueux mal.

Ie ris en pleurs, & dueil repaist mon ame,
Et uie & mort me faschent par esgal:
Voila l’estat, ou suis pour uous, ma dame.

 

En ligne le 12/12/04.
Dernière révision le 29/09/20.