Vasquin PHILIEUL (1522-?)
La mer n’a point…
Avignon, B. Bonhomme, 1555 (Paris, 1548).

La mer n’a point dedans ses hautes ondes
Tant d’animaux, ni par-dessus la lune
Voit tant passer d’astres aucune nuit,
Ni tant d’oiseaux hébergent par les bois,
Ni tant de fleurs eut onques pré ni plage,

Que mon cœur a d’ennuis un chacun soir.

[…] 
 
 
 
 
 
 
 

On peut cliquer sur les mots en relief pour voir les innombrables un à un
 
 

La mer n’a point dedans ses hautes ondes
Tant d’animaux, ni par-dessus la lune
Voit tant passer d’astres aucune nuit,
Ni tant d’oiseaux hébergent par les bois,
Ni tant de fleurs eut onques pré ni plage,

Que mon cœur a d’ennuis un chacun soir.

[…] 
 
 
 
 
 
 
 

 

En ligne le 06/06/21.
Dernière révision le 02/07/21.