««« tail­lis »»»

« taillis » dans :
Jo­delle
1575
~ Ton Neptun mon binet
Blan­chon
1583
~ Le Printemps gra­cieux… [strophe 3]
Jacques de Romieu
1584
~ Ni ce miel qui si doux…
Claude Gar­nier
1609
~ Que de buissons…

~#~














 

Taillis. Cheve­lu, vert ou ver­doyant, ombreux, secret, rasé, feuil­lu, plai­sant, héris­sé, fleu­ri, rever­dis­sant, offus­qué, beau, pro­fond, buis­son­neux, obs­cur, tron­qué, om­bra­geux, frais, noir, ron­ceux.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 255v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_517]
(texte modernisé).

[Voir aussi bois, buis­son, forêt, haie…]


 

«««  #  »»»

Taillis. Cheue­lu, verd ou ver­doiant, ombreus, secret, rasé, fueil­lu, plai­sant, heris­sé, fleu­ri, reuer­dis­sant, offus­qué, beau, pro­fond, buis­son­neus, obs­cur, tron­qué, om­bra­geus, frais, noir, ron­ceus.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 255v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_517]
(texte original).

[Voir aussi bois, buis­son, forest, haie…]