Clovis HESTEAU (?-?)
Aime-moi mon Thyrsis…
Paris, Abel L’Angelier, 1578.

«««

textes de
Hes­teau

»»»


«««

dispo­si­tion du
pré­am­bule
(vers 1-9)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
la constance
dans l’amour

»»»

[…] 

Aime moy mon Thirsis, car on verra la Mer,
Sans ondes & sans flots pour iamais se calmer:
Les vents ne sortir plus de leur creuse cauerne,
Estre sans puanteur la profondeur d’Auerne,
Vn amant aggraué du sommeil de Cacus,
Venus se resiouir sans Ceres & Bacchus,
Labourer les nuaux, peindre le fil de l’onde,
Rester sans mouuement ceste machine ronde
Et se brouiller encor le Caos tout assis:
Quand Iole aimera vn autre que Thyrsis.

[…] 


On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Aime moy mon Thirsis, car on verra la Mer,
Sans ondes & sans flots pour iamais se calmer:
Les vents ne sortir plus de leur creuse cauerne,
Estre sans puanteur la profondeur d’Auerne,
Vn amant aggraué du sommeil de Cacus,
Venus se resiouir sans Ceres & Bacchus,
Labourer les nuaux, peindre le fil de l’onde,
Rester sans mouuement ceste machine ronde
Et se brouiller encor le Caos tout assis:
Quand Iole aimera vn autre que Thyrsis.

[…] 


 

En ligne le 17/08/08.
Dernière révision le 05/12/20.