Claude de PONTOUX (v. 1540-av. 1579)
Vouloir m’épronne…
Paris, Nicolas Bonfons, 1579.

VOuloir m’espronne, & l’aueugle me guide,
Plaisir m’attire, vsance me transporte,
Espoir m’alleche, & vanité me porte,
Penser m’abuse, & l’attente me bride,

Rigueur m’oppresse, & captif si ie cuide
Pour sortir hors m’approchier de la porte,
Soing me retire, & le temps me conforte,
Le desir m’enfle, & le sort me tient vuide.

Ma ioye est faulse, & ma douleur certaine,
Ma peine est vraye, & ma douceur est vaine,
Mes sens sont vifs, & ma raison est morte.

Ainsi mon ame est sans cesse occupee
Des passions qui la tiennent campee:
Depuis cinq ans ie vis en telle sorte.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

VOuloir m’espronne, & l’aueugle me guide,
Plaisir m’attire, vsance me transporte,
Espoir m’alleche, & vanité me porte,
Penser m’abuse, & l’attente me bride,

Rigueur m’oppresse, & captif si ie cuide
Pour sortir hors m’approchier de la porte,
Soing me retire, & le temps me conforte,
Le desir m’enfle, & le sort me tient vuide.

Ma ioye est faulse, & ma douleur certaine,
Ma peine est vraye, & ma douceur est vaine,
Mes sens sont vifs, & ma raison est morte.

Ainsi mon ame est sans cesse occupee
Des passions qui la tiennent campee:
Depuis cinq ans ie vis en telle sorte.

 

En ligne le 15/05/20.
Dernière révision le 15/05/20.