««« cerf »»»

« cervi » (latin), « cerfs » ou « cerf » dans :
Vir­gile
1er siècle [1473]
~ Ante leves ergo…
Marot
1532
~ Doncques plu­tôt…
Du Bellay
1553
~ Plutôt les Cerfs…
Baïf
1555
~ À rames vogue­ra…
Gadou
1573
~ Plus la douce clar­té…
Du Bartas
1578
~ Et de vrai, si d’un rien…
Hes­teau
1578
~ La Nature a don­né…
~ Plutôt on pour­ra voir…
La Jessée
1583
~ Plutôt en paix…
~ Les Cerfs légers…
~ Le jeune Cerf navré…
Du Monin
1585
~ Pardonne-moi Nom­bril…
Claude Gar­nier
1609
~ Ni mont, ni roc…

~#~














 

Cerf. Fuyard, lé­ger, peu­reux, chas­sable, fauve, dé­li­cat, bo­ca­ger ou bo­ca­geux, long-encol­lé, rouge, bra­mant, vi­gou­reux, ru­sé, cou­rable, réant, buis­son­neux, hâ­lé, brun, ma­li­cieux, agile, va­ga­bond, porte-corne, fui­tif, vite, sau­vage, ra­meux, lé­ger [dou­blon], cou­rant, ti­mide, vif, pied-vite, crain­tif, vieil.

Les anciens histo­rio­graphes disent qu’il fut pris un Cerf ayant un col­lier au col bien 300 ans après la mort de César, où ses armes étaient engra­vées, et avait écrit dedans, Cæsa­rus me fecit : Dont est venu le pro­verbe latin Cer­vi­nos annos vive­re. Davan­tage plus un Cerf est vieil, plus est chaud de la biche, et d’elle mieux aimé, qui est au contraire des femmes, les­quelles aiment volon­tiers mieux les jeunes.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
ff. 50v°-51r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_107_108]
(texte modernisé).

[Voir aussi fumées de cerf ain­si que biche, che­vreuil, daim, faon et Acté­on.]


 

«««  #  »»»

Cerf. Fuiard, le­ger, paou­reus, chas­sable, fauue, de­li­cat, bo­ca­ger ou bo­ca­geus, long-encol­lé, rouge, brai­mant, vi­gou­reus, ru­sé, cou­rable, reant, buis­son­neus, ha­lé, brun, ma­li­tieus, agile, va­ga­bond, porte-corne, fui­tif, viste, sau­uage, ra­meus, le­ger [dou­blon], cou­rant, ti­mide, vif, pied-uiste, crain­tif, vieil.

Les anciens his­to­rio­graphes disent qu’il fut prins vn Cerf aiant vn col­lier au col bien 300. ans apres la mort de Cæ­sar, où ses armes estoient engra­uees, & auoit escrit dedans, Cæsa­rus me fecit : Dont est venu le pro­uerbe Latin Cer­ui­nos annos viue­re. Dauan­tage plus vn Cerf est vieil, plus est chaud de la biche, & d’elle mieux aimé, qui est au contraire des femmes, les­quelles aiment volun­tiers mieus les ieunes.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
ff. 50v°-51r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_107_108]
(texte original).

[Voir aussi fumees de cerf ain­si que biche, che­ureul, dain, faon et Actæon.]



 

Liens

* Dans le dossier péda­go­gique de la BnF consa­cré au Livre de chasse de Gaston Phébus (fin du XIVe siècle), un extrait sur le cerf, entre autres ani­maux, et parmi les enlu­mi­nures, une image du cerf et de toute sa nature.

Liens valides au 17/04/18.