««« pi­geon »»»

« pi­geons » dans :
Robert Gar­nier
1573
~ Pourquoi pour le péché…
Poupo
1585
~ Pour comp­ter les valeurs…

~#~














 

Pigeon. Blanc, fré­til­lard, tré­mous­sant, peu­reux, simple, mi­gnard, tendre, pat­tu, rou­cou­lant, cen­drier, pri­vé, gras, douil­let, hup­pé, blan­dis­sant, amou­reux, cha­pe­ron­né, ra­mier, sau­vage, co­lom­bin, gri­ve­lé, ja­loux, chaste, brun, do­ré, co­quin, fauve, trem­blo­tant ou tré­pi­gnant. Les dimi­nu­tifs Pi­geon­neau et Pi­geon­net.

Les Pigeons, selon leur plu­mage, sont plus coquins et plus francs les uns que les autres. Mais tous de quelque cou­leur qu’ils soient, tant mâle que femelle, tiennent foi à leur par­tie. On dit qu’ils vivent huit ans.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 206v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_419]
(texte modernisé).

[Voir aussi oiseau et aigle, alouette, autour, autruche, busard, caille, cane ou ca­nard, char­don­ne­ret, cigogne, co­lomb, co­lombe ou co­lom­belle, coq, coq d’Inde, cor­beau, cor­neille, coucou ou cocu, cygne, duc, éper­vier, fau­con, grue, hé­ron, hi­bou, li­not ou li­notte, marti­net, mi­lan, oie, oi­son, palombe, paon, passe­reau, pas­se­relle ou passe, péli­can, per­drix, per­ro­quet, pie, plon­geon, poule, poussin, ramier, ros­si­gnol, sacre, ta­rin, tourte ou tour­te­relle, vau­tour ; voir enfin phé­nix.]


 

«««  #  »»»

Pigeon. Blanc, fre­til­lard, tre­mous­sant, paou­reus, simple, mi­gnard, tendre, pat­tu, rou­cou­lant, cen­drier, pri­ué, gras, doüil­let, hup­pé, blan­dis­sant, amou­reus, cha­pe­ron­né, ra­mier, sau­uage, co­lom­bin, gri­ue­lé, ia­lous, chaste, brun, do­ré, co­quin, fauue, trem­blo­tant ou tre­pi­gnant. Les dim. Pi­geon­neau & Pi­geon­net.

Les Pigeons, selon leur plu­mage, sont plus coquins & plus francs les vns que les autres. Mais tous de quelque cou­leur qu’ils soient, tant masle que femelle, tiennent foi à leur partie. On dit qu’ils viuent huit ans.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 206v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_419]
(texte original).

[Voir aussi oiseau et aigle, alouette, autour, austruche, busard, caille, cane ou ca­nart, char­don­ne­ret, cigogne, co­lomb, co­lumbe ou co­lum­belle, coq, coq d’Inde, cor­beau, cor­neille, coucou ou cocu, cygne, duc, esper­uier, fau­con, grue, he­ron, hi­bou, li­not ou li­notte, marti­net, mi­lan, oie, oi­son, palombe, paon, passe­reau, pas­se­relle ou passe, peli­can, per­dris, per­ro­quet, pie, plon­geon, poule, poussin, ramier, ros­si­gnol, sacre, ta­rin, tourte ou tour­te­relle, vaul­tour ; voir enfin phœ­nix.]



 

Liens

* On peut regar­der en ligne sur Gallica un « portrait du Pigeon privé » et un « portrait du Pigeon patté », f° 78r°v° des Portraits d’Oiseaux enri­chis de Qua­trains de Pierre Belon, parus en 1557.

Liens valides au 01/04/19.