««« trou­pe ou trou­peau »»»
¶ « la troupe muette du peuple qui court l’Océan » (Belleau), les « écail­leuses troupes » (Robert Garnier), « le troupeau écail­lé » (Blanchon, Birague), « le troupeau d’Amphi­trite » (Blanchon) : les poissons
¶ « la troupe fatale » (Hesteau) : les Parques
¶ « la troupe neu­vaine » (Lou­ven­court) : les neuf Muses
 

Troupe ou Troupeau. Four­mil­lante, innom­brable, po­pu­leuse, as­sem­blée, épaisse, pois­son­neuse, grosse, puis­sante, co­pieuse, amas­sée, errante, lai­née ou lai­neuse.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 268v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_543]
(texte modernisé).

[L’honneur des troupeaux. Bouc.]

[Troupe iné­gale. Muses.]


 

«««  #  »»»

Troupe ou Troupeau. Four­mil­lante, in­nom­brable, po­pu­leuse, as­sem­blee, espaisse, pois­son­neuse, grosse, puis­sante, co­pieuse, amas­see, errante, lai­nee ou lai­neuse.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 268v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_543]
(texte original).

[L’honneur des tropeaus. Bouc.]

[Trouppe ine­gale. Muses.]