««« Pontus de Tyard »»»

« Pontus » dans :
Bu­gnyon
1557
~ Macrin sa Gélo­nis…
Pas­quier
1610
~ Que Laure soit…

~#~














 

Pontus de Tyard. L’hon­neur mâ­con­nais, fa­meux, bien-disant, doux-grave, amou­reux, fran­çais Apol­lon.

Pontus de Tyard mâ­con­nais phi­lo­sophe et poète fort ex­cel­lent, est des pre­miers qui ont re­ti­ré notre poé­sie fran­çaise hors du bour­bier d’igno­rance, et le­quel par la pu­bli­ca­tion de son livre in­ti­tu­lé Les Erreurs amou­reuses, a ser­vi comme de guide à une in­fi­ni­té de bons esprits, qui de­puis l’ont en­sui­vi.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 213v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_433]
(texte modernisé).

[Voir aussi Baïf, Bel­leau, But­tet, Des Au­tels, Do­rat, Du Bel­lay, Jo­delle, La Pé­ruse, Ma­gny, Mu­ret, Pe­le­tier, Ron­sard, Sainte-Marthe, Sa­lel, Scève, Ta­hu­reau ; voir en­core Alcée, Ana­créon, Co­rinne, Hé­siode, Ho­mère, Ly­co­phron, Pin­dare, Sap­pho, Théo­crite et Ché­rile ; voir en­fin Ca­tulle, Ho­race, Ju­vé­nal, Lu­crèce, Mar­tial, Ovide, Ti­bulle, Vir­gile et Pé­trarque.]


 

«««  #  »»»

Pontus de Thiard. L’hon­neur mas­con­nois, fa­meus, bien-disant, doux-graue, amou­reus, fran­çois Apol­lon.

Pontus de Thiard Mas­con­nois phi­lo­sophe & poete fort ex­cel­lent, est des pre­miers qui a [sic] re­ti­ré nostre poë­sie fran­çoise hors du bour­bier d’igno­rance, & le­quel par la pu­bli­ca­tion de son liure in­ti­tu­lé Les Er­reurs amou­reuses, à ser­ui comme de guide à vne in­fi­ni­té de bons espris, qui de­puis l’ont en­sui­ui.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 213v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_433]
(texte original).

[Voir aussi Au­rat, Baif, Bel­lay, Bel­leau, But­tet, Des Au­tels, Io­delle, Ma­gni, Mu­ret, Pel­le­tier, Pe­ruse, Ron­sard, Saincte Marthe, Sa­lel, Sceue, Ta­hu­reau ; voir en­core Alcee, Ana­creon, Co­rinne, He­siode, Ho­mere, Ly­co­phron, Pin­dare, Sap­phon, Theo­crite et Che­rile ; voir en­fin Ca­tule, Ho­race, Iu­ue­nal, Lu­crece, Mar­tial, Ouide, Ty­bulle, Vir­gile et Pe­trarque.]