««« Hésiode »»»

« le chantre d’Ascrée » dans :
Bernier de La Brousse
1618
~ Le Nectar rouge…

~#~














◊ « le chantre d’Ascrée »
 

Hésiode. Béo­tien, la­bou­reur, ascré­an, poète rus­tique, ha­bi­tant d’As­crée, cu­méan.

Cet ancien poète Grec natif de Cumes, parce qu’il fut nour­ri en un vil­lage de Béo­tie nom­mé Ascre, il est com­muné­ment appe­lé Ascréan. Ice­lui a pre­mier écrit de l’agri­cul­ture, et depuis Vir­gile l’a imi­té.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 126r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_258_259]
(texte modernisé).

[Voir aussi corbeau, Dione, Né­rée, Olympe, Pan­dore et Hé­licon ; voir en­core Alcée, Ana­créon, Co­rinne, Ho­mère, Ly­co­phron, Pin­dare, Sap­pho et Ché­rile, ain­si que Ca­tulle, Ho­race, Ju­vénal, Lu­crèce, Mar­tial, Ovide, Ti­bulle ; voir en­fin Pé­trarque et Baïf, Bel­leau, But­tet, Des Au­tels, Do­rat, Du Bel­lay, Jo­delle, La Pé­ruse, Ma­gny, Mu­ret, Pe­le­tier, Ron­sard, Sainte-Marthe, Sa­lel, Scève, Ta­hu­reau, Tyard.]


 

«««  #  »»»

Hesiode. Bœo­tien, la­bou­reur, ascre­an, poete rus­tique, ha­bi­tant d’As­cree, cu­mean.

Cet ancien poëte Grec natif de Cumes, parce qu’il fut nour­ri en vn vil­lage de Bœo­tie nom­mé Ascre, il est com­muné­ment appel­lé Ascrean. Ice­lui a pre­mier escrit de l’agri­cul­ture, & depuis Vir­gile l’a imi­té.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 126r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_258_259]
(texte original).

[Voir aussi corbeau, Dione, Ne­ree, Olympe, Pan­dore et He­licon ; voir en­core Alcee, Ana­creon, Co­rinne, Ho­mere, Ly­co­phron, Pin­dare, Sap­phon et Che­rile, ain­si que Ca­tule, Ho­race, Iu­ue­nal, Lu­crece, Mar­tial, Ouide, Ty­bulle ; voir en­fin Pe­trarque et Au­rat, Baif, Bel­lay, Bel­leau, But­tet, Des Au­tels, Io­delle, Ma­gni, Mu­ret, Pel­le­tier, Pe­ruse, Pontus de Thiard, Ron­sard, Saincte Marthe, Sa­lel, Sceue, Ta­hu­reau.]