François de CHANTELOUVE (?-?)
Ô pas épars…
Paris, Nicolas Bonfons, 1576.

«««

textes de
Chante­louve

»»»


«««

ana­phore de
« ô »
(vers 1-12)

»»»


«««

imi­ta­tion de
O passi sparsi…

»»»

O pas espars, ô penser vagabond,
O souuenir constant, ô fiere ardeur,
O fort desir, ô imbecile cueur,
O mes yeus, yeus non, mais fontaines sont.

O Dame, qui me fait hausser le fronc,
O seule enseigne au Poëtique cœur,
O vie trop peneuse, o doux erreur,
Qu’aller me faict par pleines & par mont.

O beau regard auquel l’amour a mis
L’espron, & frain, dont il me tourne, & pique,
Comme il luy plaist, sans pouuoir resister.

O vous gentils, & amoureus esprits,
Vous ombres ? qu’on voit par le monde errer,
Voyez l’ennuy que me donne Angelique.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

O pas espars, ô penser vagabond,
O souuenir constant, ô fiere ardeur,
O fort desir, ô imbecile cueur,
O mes yeus, yeus non, mais fontaines sont.

O Dame, qui me fait hausser le fronc,
O seule enseigne au Poëtique cœur,
O vie trop peneuse, o doux erreur,
Qu’aller me faict par pleines & par mont.

O beau regard auquel l’amour a mis
L’espron, & frain, dont il me tourne, & pique,
Comme il luy plaist, sans pouuoir resister.

O vous gentils, & amoureus esprits,
Vous ombres ? qu’on voit par le monde errer,
Voyez l’ennuy que me donne Angelique.

 

En ligne le 15/05/16.
Dernière révision le 20/09/20.